October 10, 2018 / 8:54 AM / 2 months ago

Les Bourses européennes en repli, la prudence toujours de mise

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en baisse en début de séance mercredi, la prudence l’emportant face à des perspectives économiques assombries et des tensions commerciales persistantes, qui pèsent aussi sur les marchés américains et asiatiques.

Les principales Bourses européennes évoluent en baisse en début de séance mercredi. L'indice CAC 40 perd 0,65% à 5.283,97 points après un peu plus d'une heure d'échanges. Le Dax recule de 0,44% et à Londres, le FTSE abandonne 0,15%. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach

À Paris, l’indice CAC 40 perd 0,65% à 5.283,97 points après un peu plus d’une heure d’échanges. À Francfort, le Dax recule de 0,44% et à Londres, le FTSE abandonne 0,15%.

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro cède 0,44%, le FTSEurofirst 300 0,2% et le Stoxx 600 0,31%.

L’indice mondial MSCI, qui couvre 47 marchés développés et émergents, est tombé mardi à son plus bas niveau depuis le 16 août après la révision à la baisse des prévisions de croissance mondiale du Fonds monétaire international (FMI), qui estime que l’impact économique des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine se fera surtout sentir en 2019.

Dans un nouveau rapport publié ce mercredi, le FMI souligne que les risques pesant sur la stabilité financière mondiale ont augmenté ces six derniers mois et que cette hausse pourrait s’accentuer en cas d’escalade des pressions sur les marchés émergents ou de dégradation supplémentaire des relations commerciales.

Sur ce dernier point, la détente ne semble pas à l’ordre du jour puisque Donald Trump, a de nouveau évoqué mardi la possibilité de relever les droits de douane sur 267 milliards de dollars (232 milliards d’euros) de produits chinois si Pékin riposte aux dernières barrières commerciales érigées par les Etats-Unis.

Le président américain, a par ailleurs émis de nouvelles critiques à l’adresse de la Réserve fédérale en jugeant que la banque centrale relevait trop rapidement les taux d’intérêt au vu de la faiblesse de l’inflation.

VALEURS

Le recul sectoriel le plus marqué est pour le compartiment de la chimie, qui abandonne 1,59% dans le sillage des valeurs américaines du secteur la veille à Wall Street en réaction à l’avertissement de PPG Industries sur ses résultats. Le titre PPG a chuté de 10,06%.

Le secteur des produits de grande consommation (-1,38%) est quant à lui plombé par un mouvement de baisse des valeurs du luxe après l’abaissement de la recommandation de Morgan Stanley sur ce compartiment.

LVMH cède 3,99%, Kering 5,26%, Hermès 2,89% et Burberry 4,15%.

Morgan Stanley s’attend à une sous-performance durable des valeurs du luxe, un avis qui l’emporte sur les chiffres globalement solides publiés mardi soir par LVMH au titre du troisième trimestre. Le numéro un mondial du secteur doit tenir une téléconférence à 13h00 GMT.

A la hausse, le compartiment défensif des télécommunications prend 1,67%. A Paris, Iliad (+3,60%) est en tête du SBF 120.

EN ASIE

La Bourse de Tokyo a terminé en hausse de 0,16% après une séance hésitante (le Nikkei a perdu jusqu’à 0,4% en matinée), les achats à bon compte de valeurs défensives ayant fini par l’emporter sur le repli des valeurs exposées au marché chinois.

En Chine, justement, les principaux indices boursiers ont fini en ordre dispersé, le SSE Composite de Shanghai gagnant 0,18% alors que le CSI 300 des principales capitalisations de Chine continentale reculait de 0,22%, son troisième repli consécutif.

Les valeurs liées à la consommation chinoise continuent de souffrir des craintes de ralentissement marqué de la croissance économique après les menaces renouvelées de Donald Trump.

Dans un éditorial publié mercredi, le Global Times, un quotidien proche du pouvoir, estime que Pékin doit prendre des mesures pour soutenir la croissance, le pays traversant une période “critique” de stabilisation de son économie.

A WALL STREET

Pénalisés par les inquiétudes sur la croissance mondiale, les marchés actions américains ont fini sur une note faible mardi, le Dow Jones perdant 0,21% et le Standard & Poor’s 500 0,14% alors que le Nasdaq Composite grappillait 0,03%.

Les valeurs des matières premières ont pesé sur la tendance avec une chute de 3,4% pour leur indice sectoriel S&P. Le groupe chimique PPG Industries a chuté de 10% après un avertissement sur ses résultats, qu’il relie à la hausse des cours des matières premières et au ralentissement de la demande chinoise.

Les contrats à terme sur les grands indices américains préfigurent pour l’instant une ouverture en légère baisse.

CHANGES

Sur le marché des devises, le dollar se stabilise face à un panier de devises de référence après le repli subi mardi, alimenté entre autres par celui des rendements des Treasuries.

L’euro est pratiquement inchangé face au billet vert, autour de 1,1490.

La livre sterling, elle, continue de s’apprécier contre le dollar et l’euro après les informations de presse sur la possibilité d’un accord d’ici lundi sur les modalités de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

La monnaie britannique a désormais effacé la quasi-totalité des pertes subies fin septembre contre le dollar et elle a touché un pic de trois mois et demi contre la monnaie unique européenne.

Elle n’a pas réagi à l’annonce d’une croissance plus forte que prévu cet été de l’économie britannique, qui a crû de 0,7% sur les trois mois à août par rapport à la période de trois mois précédente selon les données officielles publiées mercredi.

TAUX

Le rendement du Bund allemand à dix ans est en légère hausse mais, à 0,547%, il reste sous le pic de plus de cinq mois touché vendredi à 0,578%.

Les rendements des emprunts d’Etat italiens sont eux aussi orientés à la hausse, à près de 3,57% pour le dix ans et plus de 1,76% pour le deux ans, à la veille d’une adjudication de six à huit milliards d’euros, qui fera office de test en pleine incertitude sur l’orientation du budget 2019 et l’évolution des notes souveraines du pays.

Sur le marché américain, les rendements des bons du Trésor américain à long terme ont reculé mardi, le dix ans revenant à 3,21% après le pic de près de sept ans et demi atteint en début de journée à 3,261%.

Les critiques de Donald Trump sur la hausse des taux de la Fed ont favorisé les achats à bon compte après la forte baisse de la semaine dernière, ont expliqué des traders.

Les analystes d’Action Economics estiment toutefois que les adjudications à venir devraient limiter la baisse des rendements. Le Trésor doit émettre ce mercredi 36 milliards de dollars à trois ans et 23 milliards à dix ans, puis 15 milliards à 30 ans jeudi.

Les investisseurs surveilleront aussi les chiffres des prix à la production aux Etats-Unis, attendus à 12h30 GMT.

PÉTROLE

Les cours du brut sont orientés à la baisse, les craintes d’une baisse de la demande chinoise l’emportant, au lendemain des prévisions du Fonds monétaire international (FMI) sur les préoccupations liées à l’impact des sanctions américaines visant l’Iran et aux perturbations dues à l’arrivée prochaine de l’ouragan Michael sur la Floride.

Quelque 40% des capacités de production du golfe du Mexique sont à l’arrêt à titre préventif à cause de l’ouragan.

Le Brent abandonne 0,3% après une hausse de 1,3% mardi et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) recule d’autant après un gain de près de 1% la veille.

Les chiffres hebdomadaires des stocks pétroliers aux Etats-Unis ne seront que publiés que jeudi, avec un décalage d’un jour, en raison du Columbus Day lundi.

Édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below