October 9, 2018 / 11:23 AM / 6 days ago

L'attente de la nouvelle équipe gouvernementale se poursuit

PARIS (Reuters) - Dix jours après la démission du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, l’annonce du nouveau gouvernement, qui doit permettre de donner un nouvel élan au quinquennat d’Emmanuel Macron, se faisait toujours attendre mardi à la mi-journée.

Dix jours après la démission du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, l'annonce du nouveau gouvernement, qui doit permettre de donner un nouvel élan au quinquennat d'Emmanuel Macron, se faisait toujours attendre mardi à la mi-journée. /Photo prise le 5 octobre 2018/REUTERS/Christophe Ena

Le Premier ministre Edouard Philippe, qui assure l’intérim place Beauvau depuis une semaine, a été reçu dans la matinée pendant une heure et demie par le chef de l’Etat à l’Elysée pour un entretien dont peu d’éléments ont filtré.

Selon une source gouvernementale, le chef du gouvernement n’a toutefois pas remis sa démission technique au président lors de cette rencontre, une option qui était envisagée ces derniers jours sans jamais être confirmée par Matignon ni par l’Elysée.

Edouard Philippe est attendu à 15h à l’Assemblée nationale pour les Questions au gouvernement. Emmanuel Macron reçoit lui à l’Elysée à 13h00 le président d’Ouzbékistan, Chavkat Mirziyoïev, pour un déjeuner et un entretien à l’issue desquels une présentation d’accords est prévue. Le chef de l’Etat doit ensuite se rendre à la Station F, à Paris, à 17h00 pour rencontrer des entrepreneurs et prononcer un discours.

Selon toute vraisemblance, la nouvelle équipe gouvernementale devrait être composée avant mercredi, date du prochain conseil des ministres et du départ dans l’après-midi d’Emmanuel Macron pour un déplacement en Arménie où se tient le sommet de la Francophonie.

Interrogée à ce sujet dimanche, la ministre de la Justice Nicole Belloubet a indiqué que le remaniement aurait lieu “avant mercredi” et a souhaité qu’il pérennise “l’équilibre hommes-femmes” et qu’il comprenne “des gens de droite, de gauche, du centre, des gens de la société civile et des gens qui sont davantage marqués par le politique”.

Plusieurs noms de potentiels entrants, dont ceux de Marc Fesneau, Frédéric Péchenard, Jean Castex ou encore François Molins, ont circulé avec insistance tout au long du week-end.

Egalement pressenti, l’ancien premier adjoint de la maire de Paris Anne Hidalgo, Bruno Julliard, a assuré mardi à l’Obs que la question ne s’était “pas posée, ni pour moi ni pour l’Elysée”.

Marine Pennetier et Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below