October 3, 2018 / 9:20 AM / 20 days ago

La croissance en zone euro à un creux de quatre mois

PARIS/LONDRES, Reuters - - La croissance de l’activité dans le secteur privé de la zone euro a ralenti en septembre, à son rythme le plus faible en quatre mois, la croissance manufacturière, au plus bas depuis deux ans, n’ayant été que partiellement compensée par une accélération des services, montre une enquête publiée mercredi.

La croissance de l'activité dans secteur privé de la zone euro a ralenti en septembre, à un plus bas de quatre mois, montre une enquête publiée mercredi. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

L’indice PMI composite IHS Markit de la zone euro, considéré comme un baromètre fiable de la croissance à la fois dans le secteur manufacturier et dans les services, s’est établi à 54,1 en septembre, contre 54,2 en estimation “flash” et 54,5 en août.

Les anticipations se sont légèrement améliorées à la fin du troisième trimestre, après avoir touché leur plus bas niveau depuis près de deux ans, avec un sous-indice PMI composite de la production future en hausse, à 62,1 contre 61,6 en août.

Mais l’activité manufacturière à travers l’ensemble de la zone euro a faibli cette année, comme ailleurs dans le monde.

Ces données laissent penser que la croissance économique dans le bloc a touché un pic et que le rythme de croissance devrait poursuivre son ralentissement dans les mois à venir.

“Même s’il se rapproche d’un creux de deux ans, le PMI décevant de septembre reste à un niveau relativement élevé et signale une croissance solide”, déclare Chris Williamson, économiste en chef chez IHS Markit.

“Toutefois, le quatrième trimestre ne devrait pas connaître une croissance aussi robuste, les derniers mois ayant clairement vu une perte de dynamisme, tant en terme de production que de nouvelles commandes.”

Les données du mois de septembre sous-entendent une croissance économique trimestrielle de 0,5%, légèrement supérieure au consensus Reuters qui se situe à +0,4%, dans un contexte d’inquiétude généralisée pour l’avenir en raison des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis.

Dans le secteur manufacturier, les inquiétudes sont de plus en plus fortes face aux barrières douanières, avec une croissance des nouvelles commandes à l’exportation à son rythme le plus faible depuis plus de cinq ans.

Les dernières enquêtes montrent une divergence claire entre les performances dans les services et dans l’industrie.

L’indice PMI du seul secteur des services en revanche est passé de 54,4 en août à 54,7 en septembre, un pic de trois mois, comme annoncé dans la première estimation “flash”.

Le secteur a embauché à un rythme légèrement plus rapide qu’en août, avec un sous-indice à 55,5, au plus haut depuis octobre 2007, avant la crise financière, contre 55,3 en août.

“Alors que les gains en termes d’emplois sont restés historiquement élevés, une érosion régulière du rythme de croissance des commandes depuis le début de l’année laisse penser que la volonté d’embaucher va bientôt faiblir, à moins d’une reprise notable des nouvelles commandes”, dit Williamson.

“Avec une confiance dans l’avenir à ses plus bas niveaux depuis deux ans, les entreprises ne s’attendent, de toute évidence, pas à une telle reprise dans l’immédiat.”

ALLEMAGNE: LA VIGUEUR DES SERVICES COMPENSE LE RALENTISSEMENT DE L’INDUSTRIE

La croissance du secteur des services a atteint en septembre un pic de huit mois, montrent les résultats définitifs de l’enquête IHS Markit auprès des directeurs d’achats.

Il s’agit d’un signal supplémentaire indiquant que la vigueur de la demande intérieure de la première économie d’Europe compense un ralentissement de l’activité manufacturière.

L’indice PMI définitif des services s’est établi à 55,9 contre 56,5 en première estimation et 55,0 en août.

L’indice PMI composite définitif, qui combine les indices manufacturier et des services, soit au total plus des deux tiers de l’économie allemande, ressort à 55,0, soit très proche d’une première estimation à 55,3 et du chiffre du mois d’août (55,6).

“Pour la première fois depuis près de deux ans, le secteur des services a progressé à un rythme plus rapide que le secteur manufacturier, ce qui confirme une mutation fondamentale des moteurs de la croissance de la première économie de la zone euro”, commente Phil Smith, économiste chez IHS Markit.

GRANDE-BRETAGNE: SOLIDE CROISSANCE DANS LES SERVICES MAIS LE BREXIT PÈSE

Le rythme de croissance dans le secteur britannique des services s’est maintenu en septembre mais les incertitudes entourant l’économie du pays restent élevées à six mois de la sortie prévue du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE).

L’indice IHS Markit/CIPS des directeurs d’achat a atteint 53,9 en septembre, après 54,3 en août, et contre une prévision moyenne des économistes interrogés par Reuters de 54,0.

Selon IHS Markit, ce résultat suggère une croissance du produit intérieur brut (PIB) tout juste inférieure à 0,4% au troisième trimestre, en ligne avec le taux moyen de croissance enregistré depuis le référendum sur le Brexit de juin 2016.

“Les inquiétudes sur le Brexit continuent toutefois de peser sur les perspectives, maintenant l’optimisme des entrepreneurs à des niveaux qui indiqueraient normalement un ralentissement imminent”, dit Chris Williamson, économiste en chef d’IHS Markit.

Londres et Bruxelles doivent encore s’entendre sur les conditions de la sortie du Royaume-Uni de l’UE, prévue le 29 mars, faisant peser le risque de l’absence d’accord, un scénario jugé dommageable à l’économie britannique par les économistes.

Les indicateurs PMI parus ce mercredi signalent également des pressions croissantes sur les coûts pour les entreprises britanniques en raison de la hausse des cours du pétrole.

La vigueur de la croissance économique et l’intensification des tensions sur les coûts vont alimenter les anticipations d’une nouvelle hausse des taux de la Banque d’Angleterre, estime Chris Williamson.

“Toutefois, les incertitudes sur le Brexit s’étant intensifiées ces dernières semaines, toute hausse de taux semble improbable avant la date de sortie de l’UE du 29 mars”.

Publié lundi, l’indice PMI manufacturier était ressorti en hausse à 53,8, après trois mois de ralentissement, mais ses perspectives sont incertaines avant l’échéance du Brexit.

ITALIE: LA CROISSANCE S’ACCÉLÈRE DANS LES SERVICES

La croissance s’est accélérée dans le secteur italien des services en septembre après avoir ralenti pendant deux mois, suggérant que la troisième économie de la zone euro devrait continuer à croître modestement, selon les résultats de l’enquête mensuelle d’IHS Markit auprès des directeurs d’achat.

L’indice PMI Markit/Adaci des services a augmenté à 53,3 contre 52,6 en août, en hausse plus forte que prévu (52,8).

Le sous-indice des nouveaux contrats dans les services a augmenté à 53,5 contre 52,4.

L’indice PMI manufacturier, publié lundi, a montré que l’activité sur ce segment n’a pas connu de croissance en septembre, pour la première fois depuis deux ans.

L’indice PMI composite, qui intègre industrie et services, est en hausse, à 52,4, contre 51,7 en août. L’indice d’août était à son niveau le plus faible depuis octobre 2016.

ESPAGNE: PLUS FAIBLE CROISSANCE DES SERVICES EN 5 ANS

Le rythme de croissance de l’activité dans le secteur des services en Espagne au mois de septembre a été le plus faible enregistré en près de cinq ans.

L’indice PMI des directeurs d’achat qui le mesure est ressorti à 52,5 le mois dernier, contre 52,7 en août. Il s’inscrit au-dessus du seuil des 50 points, qui sépare une croissance d’une contraction de l’activité, depuis octobre 2013.

“Septembre marque une fin de troisième trimestre marquée par de nouveaux signes de ralentissement de l’activité dans le secteur des services en Espagne”, a indiqué Andrew Harker, directeur associé chez IHS Markit.

Le secteur des services représente près de la moitié de la production économique du pays.

“Sachant que la croissance ralentit également dans le secteur manufacturier, les indices PMI suggèrent une progression du produit intérieur brut (PIB) de l’ordre de 0,5% au troisième trimestre”, ajoute-t-il.

L’indice mesurant les nouvelles commandes a reculé à 53,6 en septembre, son niveau le plus faible depuis la fin de 2016, après 54?à en août, précise Markit.

IRLANDE: LA CROISSANCE S’AMÉLIORE DANS LES SERVICES

La croissance de l’activité dans le secteur irlandais des services s’est améliorée en septembre, montre l’enquête mensuelle d’Investec auprès des directeurs d’achat, incitant les entreprises à embaucher au rythme le plus soutenu de l’année, sur un marché de l’emploi déjà tendu.

Son indice PMI du secteur est a augmenté, à 58,7 en septembre contre 58,0 en août. Il se maintient depuis au-dessus du seuil de 50 qui sépare contraction et expansion de l’activité depuis août 2012.

Le sous-indice de l’emploi a atteint 58,2 contre 58,0 en août dans les services, tandis qu’une autre enquête PMI publiée lundi a montré un rythme d’embauches encore plus soutenu dans le secteur manufacturier irlandais.

“Les dernières données PMI indiquent que l’économie irlandaise a continué ses bonnes performances à la fin du troisième trimestre”, souligne Philip O’Sullivan, économiste en chef d’Investec pour l’Irlande.

Bureaux européens de Reuters, Yann Le Guernigou, Patrick Vignal, Blandine Hénault et Juliette Rouillon pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below