September 24, 2018 / 10:02 AM / a month ago

Dell étudie de nouveau une introduction en Bourse

(Reuters) - Le fabricant d’ordinateurs Dell Technologies étudie de nouveau une introduction en Bourse (IPO), une option qu’il avait abandonnée plus tôt cette année, envisageant alors d’absorber sa filiale cotée de logiciels de virtualisation VMware, ce qui l’aurait fait entrer de facto à Wall Street, ont rapporté plusieurs sources au fait du dossier.

Le fabricant d'ordinateurs Dell Technologies étudie de nouveau une introduction en Bourse (IPO), une option qu'il avait abandonnée plus tôt cette année, envisageant alors d'absorber sa filiale cotée de logiciels de virtualisation VMware, ce qui l'aurait fait entrer de facto à Wall Street. /Photo d'archives/REUTERS/Mike Blake

Cette réflexion intervient au moment où plusieurs fonds spéculatifs, notamment Elliott Management, Canyon Capital Advisors LLC et l’investisseur activiste Carl Icahn, se refusent à accepter les 21,7 milliards de dollars (18,5 milliards d’euros) que le groupe américain propose pour leur racheter ses “actions reflet” liées à sa participation de 81% dans VMware.

L’évolution de telles actions suit la performance d’une activité ou d’une division spécifique d’une entreprise, plutôt que de son opérations dans leur ensemble.

En rachetant la totalité de ces actions reflet, Dell reviendrait de fait en Bourse sans passer par une introduction classique.

Plus tôt cette année, Dell avait envisagé une IPO dans le cadre de sa revue stratégique, tout en étudiant également la possibilité d’une fusion inversée.

Le groupe avait renoncé en juillet à la première option, craignant que son lourd endettement ne décourage les investisseurs, avait alors rapporté une source.

Les récents résultats financiers de Dell l’ont encouragé à reconsidérer à nouveau une IPO, ont dit ces sources dimanche.

Le groupe texan se prépare à discuter avec des banques d’investissement cette semaine d’une éventuelle entrée en Bourse, ont-elles ajouté.

Dell s’est refusé à tout commentaire sur ces informations dont le Wall Street Journal a fait état le premier.

Le groupe a fait état ce mois-ci d’une hausse sur un an de 45% au deuxième trimestre de son exercice décalé de son flux de trésorerie d’exploitation à 2,6 milliards de dollars.

La dette totale est revenue à 50,3 milliards de dollars, contre 57,3 milliards en septembre 2016, lorsqu’il a finalisé l’acquisition du spécialiste du stockage EMC.

Dell avait émis ses actions reflet en 2016 dans le cadre du rachat d’EMC, alors propriétaire des 81% dans VMware, pour 67 milliards de dollars. Le groupe, ne disposant pas de la trésorerie nécessaire pour financer la totalité de la transaction en numéraire, avait eu recours à ce type de titres pour éviter de s’endetter davantage.

Le groupe a proposé d’échanger chaque action reflet contre 1,3665 action ordinaire de type C ainsi qu’un peu de cash, valorisant l’action reflet à 109 dollars et Dell à entre 61,1 et 70,1 milliards de dollars.

Cette valorisation de l’entreprise est plus de deux fois supérieure à la valeur de 24,9 milliards retenue lorsque Michael Dell, fondateur et directeur général de l’entreprise et la société Silver Lake ont retiré le fabricant de PC de la cote en 2013.

Mais le cours de clôture de vendredi de l’action reflet, à 96,20 dollars, soit bien en-deça des 109 dollars proposés par Dell, est le signe que les investisseurs ne sont pas convaincus par la proposition de rachat formulée par le groupe.

Greg Roumeliotis et Liana B. Baker; Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below