September 20, 2018 / 2:29 PM / 25 days ago

Trump demande à l'Opep de faire baisser le prix du pétrole

WASHINGTON (Reuters) - Le président américain, Donald Trump, a de nouveau appelé l’Opep à faire baisser les cours du pétrole jeudi, en évoquant un lien entre le soutien apporté par les Etats-Unis aux pays du Moyen-Orient et le prix du baril.

Le président américain, Donald Trump, a de nouveau appelé l'Opep à faire baisser les cours du pétrole jeudi, en évoquant un lien entre le soutien apporté par les Etats-Unis aux pays du Moyen-Orient et le prix du baril. /Photo prise le 19 septembre 2018/REUTERS/Brian Snyder

“Nous protégeons les pays du Moyen-Orient, ils ne seraient pas en sécurité très longtemps sans nous, et pourtant ils continuent à faire monter et monter encore les prix du pétrole! Nous nous en souviendrons. Le monopole qu’est l’Opep doit faire baisser les cours maintenant!”, a-t-il écrit sur Twitter.

Les cours du brut ont reculé en réaction à ces déclarations, à trois jours d’une réunion des pays de l’Opep et d’autres grands exportateurs mondiaux de pétrole en Algérie.

Le Brent LCOc1 baissait de 0,55% à 78,96 dollars le baril vers 13h50 GMT après un pic à 79,83 dollars en début de journée; au même moment, le brut léger américain (WTI) CLc1 prenait 0,24% à 71,29 dollars, contre 71,81 dollars au plus haut en début de journée.

Donald Trump critique régulièrement l’Organisation des pays exportateurs de pétrole depuis plusieurs mois. Il appelle entre autres l’Arabie saoudite, premier producteur de l’Opep, à augmenter ses pompages, estimant que le royaume doit aider les Etats-Unis à faire baisser les cours du pétrole puisque Washington soutient Ryad face à l’Iran.

Il est peu probable que l’Opep et ses alliés parviennent à un accord officiel de hausse de la production de brut lors de leur rencontre en Algérie, malgré les pressions de plus en plus fortes pour que les grands producteurs atténuent l’impact des nouvelles sanctions américaines contre l’Iran, qui entreront en application en novembre, ont déclaré plusieurs à Reuters.

L’Arabie saoudite craint que la hausse des cours qui résultera de la mise en oeuvre des sanctions américaines contre l’Iran ne déclenche de nouvelles protestations de la part de Donald Trump, mais elle a aussi des doutes quant à sa capacité à compenser la chute de l’offre iranienne, expliquent ces sources.

Doina Chiacu, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below