September 19, 2018 / 12:12 PM / a month ago

KPMG a admis des manquements dans les audits de BNY Mellon

(Reuters) - KPMG et un de ses associés ont admis de graves manquements dans des audits réalisés pour Bank of New York Mellon, a fait savoir mercredi le Financial Reporting Council (FRC), autorité de tutelle des pratiques du secteur de l’audit au Royaume-Uni.

KPMG et un de ses associés ont admis de graves manquements dans des audits réalisés pour Bank of New York Mellon, a fait savoir mercredi le Financial Reporting Council (FRC). /Photo d'archives/REUTERS/Brendan McDermid

Cela pourrait aboutir à de lourdes amendes pour KPMG, dans le collimateur du FRC, qui dénonce plus globalement depuis plusieurs mois une dégradation des résultats des inspections réalisées par le “Big Four” de l’audit - qui incluent aussi PwC, EY et Deloitte.

Une commission disciplinaire du FRC se réunira pour décider s’il convient de sanctionner KPMG. Le FRC a précisé qu’aucun client n’avait perdu d’argent ni d’actif du fait de ces manquements.

KPMG et son associé Richard Hinton ont, selon le FRC, reconnu des manquements après une enquête sur des dossiers clients de 2011 détenus par BNY Mellon et sa branche londonienne : ils ont admis ne pas avoir pris en considération convenablement la régularité ou non de ces dossiers au regard de certaines réglementations.

“Nous reconnaissons et regrettons le fait que notre travail n’a pas reflété pleinement tous les aspects de cette nouvelle directive (CASS)”, a déclaré KPMG dans un courriel.

“Il y a des changements fondamentaux dans l’environnement réglementaire et nous avons amélioré de manière importante nos procédures CASS pour les refléter.”

Le cabinet a ajouté avoir coopéré avec le FRC mais sans parvenir à un accord avec ce dernier sur le niveau approprié d’une sanction.

Richard Hinton n’a pas répondu dans l’immédiat à une demande de commentaire formulée via le réseau social LinkedIn.

Le FRC a déclaré à Reuters qu’il n’y avait pas de plafond aux pénalités financières que la commission disciplinaire pourrait infliger. L’amende la plus lourde dans le cadre de la même directive de référence a jusqu’ici été de 10 millions de livres sterling (11,28 millions d’euros), a-t-il ajouté.

Une porte-parole de BNY Mellon n’a pas souhaité faire de commentaire.

La banque américaine avait écopé en 2015 d’une amende de 126 millions de livres pour des carences dans la protection des avoirs de sa clientèle lors de la crise financière.

Noor Zainab Hussain et Muvija M à Bangalore, Dominique Rodriguez pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below