September 18, 2018 / 4:51 PM / 3 months ago

Les rivaux d'EDF craignent une régression de la concurrence

PARIS (Reuters) - Le projet de réforme du mécanisme donnant aux fournisseurs alternatifs d’électricité un accès au nucléaire d’EDF constitue une “menace grave” pour la concurrence, ont estimé mardi des associations d’énergéticiens et de grands consommateurs.

Le projet de réforme du mécanisme donnant aux fournisseurs alternatifs d'électricité un accès au nucléaire d'EDF constitue une "menace grave" pour la concurrence, ont estimé mardi des associations d'énergéticiens et de grands consommateurs. /Photo prise le 5 août 2018/REUTERS/Régis Duvignau

Depuis 2011, l’Arenh (Accès régulé au nucléaire historique) permet aux alternatifs d’acheter à EDF des volumes d’électricité d’origine nucléaire à un prix fixé à 42 euros par mégawatts/heure pour approvisionner leurs propres clients, un mécanisme conçu pour développer la concurrence sur le marché français.

Mais l’électricien public souligne régulièrement l’impact négatif du dispositif sur ses résultats, critiquant un prix de vente trop bas et les possibilités d’arbitrage de ses concurrents, qui peuvent aussi s’approvisionner sur les marchés quand les conditions leur sont plus favorables.

Selon plusieurs associations d’énergéticiens alternatifs et de grands consommateurs, un projet de décret préparé par l’administration prévoit une série de mesures qui “conduiront vraisemblablement à réduire le volume d’Arenh dont bénéficient les consommateurs finals”.

“Ce durcissement intervient au moment où le plafond de l’Arenh (...) est insuffisant pour répondre aux besoins de tous les consommateurs ayant fait le choix d’un autre fournisseur d’électricité qu’EDF ou ses filiales, alors que les prix de l’électricité sur le marché de gros sont bien supérieurs à celui (du dispositif)”, soulignent ces associations, parmi lesquelles l’Anode, qui rassemble les concurrents d’EDF.

Evoquant une visibilité réduite pour les fournisseurs alternatifs dans le cadre de la réforme envisagée, les associations dénoncent “une menace grave pour la concurrence sur le marché de l’électricité en France”.

La réforme proposée “s’apparente à un véritable retour en arrière en matière de concurrence sur le marché de détail de l’électricité, toujours très largement dominé par l’opérateur historique”, ajoutent-elles dans un communiqué.

Dans ces conditions, les associations en appellent au nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, en lui demandant de rehausser au plus vite le plafond de l’Arenh, d’abandonner la réforme telle que présentée actuellement et de lancer une consultation des parties prenantes.

L’Association française indépendante de l’électricité et du gaz (Afieg), le CLEEE (grands consommateurs industriels et tertiaires français d’électricité) et l’Union professionnelle des industries privées du gaz (Uprigaz) sont les autres signataires du communiqué.

Les volumes proposés aux concurrents d’EDF atteignent actuellement 100 térawatts-heure (TWh), soit environ un quart de la production annuelle du groupe détenu à 83,7% par l’Etat français.

Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below