September 13, 2018 / 9:02 AM / 2 months ago

Hausse prudente en Europe avec le commerce et les banques centrales

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en légère hausse jeudi dans la matinée, soutenues par les espoirs de relance des négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine qui ont aussi profité aux places boursières en Asie, mais la prudence reste de mise avant plusieurs réunions de banques centrales.

Les principales Bourses européennes évoluent en légère hausse jeudi dans la matinée. À Paris, l'indice CAC 40 avance de 0,36% à 5.351,18 points vers 08h00 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,4% et à Londres, le FTSE abandonne 0,07%. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach

À Paris, l’indice CAC 40 avance de 0,36% à 5.351,18 points vers 08h00 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,4% et à Londres, le FTSE abandonne 0,07%.

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro s’adjuge 0,42%, le FTSEurofirst 300 prend 0,33% et le Stoxx 600 gagne 0,29%.

L’administration Trump a invité les responsables chinois à un nouveau cycle de négociations commerciales, alors que Washington se prépare à franchir un pas supplémentaire dans la guerre commerciale engagée avec la Chine. Pékin s’est félicité de cette invitation à une reprise des discussions.

Ce rapprochement intervient alors que Donald Trump s’est dit prêt la semaine dernière à taxer 267 milliards de dollars (230 milliards d’euros) d’importations chinoises en plus de celles de 200 milliards sur lesquelles il doit se prononcer prochainement.

“Donald Trump a probablement besoin de parvenir à des avancées sur le commerce avant les élections de mi-mandat. Donc il pourrait y avoir un changement dans sa politique commerciale. Il va sûrement garder sa ligne rhétorique dure mais son administration pourrait essayer de passer des accords en coulisses”, observe Mutsumi Kagawa, responsable de la stratégie chez Rakuten Securities à Tokyo.

A L’AGENDA :

Outre les développements sur le commerce, la séance en Europe sera animée par les réunions de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), de la Banque d’Angleterre (BoE) et de la banque centrale turque.

La BoE, dont la décision est attendue à 11h00 GMT, devrait laisser inchangée sa politique monétaire après la hausse des taux réalisée le mois dernier. Même statu quo prévu du côté de la BCE (11h45 GMT) qui pourrait néanmoins préciser la mise en oeuvre de l’arrêt programmé de ses rachats d’actifs d’ici la fin de l’année et le calendrier du premier relèvement des taux.

Plus d’annonces sont en revanche attendues du côté de la banque centrale turque (11h00 GMT) qui a promis la semaine dernière d’agir face à l’inflation galopante dans le pays.

L’absence d’intervention de l’institution en juillet, à la surprise générale, avait provoqué le décrochage de la livre turque et pesé notamment sur les Bourses européennes.

Aux Etats-Unis, les investisseurs surveilleront la publication à 12h30 GMT de l’indice des prix à la consommation en août après le recul inattendu observé le mois dernier sur les prix à la production.

VALEURS

Les secteurs les plus sensibles aux frictions commerciales internationales profitent d’un répit bienvenu : l’indice Stoxx de la technologie avance de 0,59%, celui des ressources de base gagne 0,81% et celui de l’automobile 1,24%.

Ce dernier compartiment profite en outre de la confirmation par Michelin (+2,93%) de ses objectifs pour 2018.

En tête du Stoxx 600, Natixis grimpe de 5,02%, dopé par le projet de sa maison-mère BPCE de racheter certaines de ses activités pour 2,7 milliards d’euros.

Le groupe de maisons de retraite Korian bondit pour sa part de 4,05% après le relèvement de ses objectifs annuels.

A l’inverse, le spécialiste français des infrastructures de stockage et distribution d’énergie Rubis décroche de 7,42% après l’annonce d’une baisse de 7% de son résultat net, affecté par le désengagement du groupe en Iran.

EN ASIE

La Bourse de Tokyo a clôturé en hausse de 0,96%, renouant avec un plus haut de deux semaines, avec les espoirs d’avancées dans le conflit commercial qui oppose les Etats-Unis à la Chine.

L’indice composite de la Bourse de Shanghai a terminé en hausse de 1,15% et l’indice Hang Seng à Hong Kong a clôturé sur un bond de 2,47%.

L’indice MSCI regroupant les valeurs d’Asie et du Pacifique (hors Japon) avance de 0,9%.

A WALL STREET

Les principaux indices américains ont terminé mercredi dans le désordre, tiraillés entre Apple (-1,24%) qui a reculé après avoir dévoilé des changements seulement mineurs dans son offre de produits, et des valeurs industrielles qui ont elles bénéficié des informations sur de nouvelles discussions d’ordre commercial entre Washington et Pékin.

L’indice Dow Jones a gagné 0,11%, le S&P-500, plus large, a grappillé 0,04% et le Nasdaq Composite a cédé 0,23%.

CHANGES

L’euro et la livre sterling varient peu avant les annonces de la BCE et de la BoE.

Le dollar (+0,14%) en profite pour s’apprécier face à un panier de devises de référence, après le plus bas de deux semaines touché la veille.

Du côté des devises émergentes, le yuan chinois a bénéficié des nouvelles négociations en vue entre Washington et Pékin, s’éloignant d’un plus bas de deux semaines et demi atteint mercredi sur le marché onshore.

De son côté, la livre turque se replie légèrement, autour de 6,37 pour un dollar. La devise avait atteint un plus bas historique à 7,24 à la mi-août, pénalisée par les difficultés économiques du pays, les craintes entourant la politique du président Erdogan et des tensions diplomatiques entre Ankara et Washington.

TAUX

Les rendements souverains en Europe varient globalement peu avant les annonces de la BCE en début d’après-midi, mais ceux de l’Italie se distinguent à nouveau. Le rendement des BTP à dix ans prend plus de deux points de base en amont d’une adjudication de 7,75 milliards d’euros de dette.

Le rendement des emprunts d’Etat américains de même échéance progresse légèrement, à plus de 2,97%, avant la parution de l’indice des prix à la consommation aux Etats-Unis.

PÉTROLE

Les cours du brut sont orientés en baisse jeudi sur fond d’inquiétudes pour la solidité de la demande mondiale, effaçant ainsi une partie des gains enregistrés la veille.

Le baril de Brent revient sous la barre des 80 dollars qu’il a franchie mercredi pour la première fois depuis la fin mai et le baril de brut léger américain (WTI) retombe sous les 70 dollars.

Avec Hideyuki Sano, édité par Juliette Rouillon

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below