September 10, 2018 / 9:04 AM / in 2 months

Les tensions commerciales pèsent, l'Italie rassure

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en ordre dispersé et sans grand changement lundi en début de séance, la prudence dominant face au risque d’aggravation du conflit commercial entre les Etats-Unis et leurs principaux partenaires, notamment la Chine.

Les Bourses européennes évoluent en ordre dispersé et sans grand changement lundi en début de séance. L'indice CAC 40 est pratiquement stable (+0,02%) vers 08h35 GMT. À Francfort, le Dax recule de 0,09% et à Londres, le FTSE abandonne 0,02%. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

Les actifs italiens se distinguent toutefois après les déclarations ce week-end du ministre italien de l’Economie, Giovanni Tria, qui a assuré que les mesures budgétaires du gouvernement seraient mises en oeuvre de façon progressive, ce qui a rassuré les investisseurs sur le fait que les règles de l’Union européenne en matière de budget seraient respectées.

La Bourse de Milan grimpe ainsi de 1,78%, tirée par ses valeurs bancaires.

Ailleurs en Europe, l’indice CAC 40 est pratiquement stable (+0,02%) à 5.253,26 points vers 08h35 GMT. À Francfort, le Dax recule de 0,09% et à Londres, le FTSE abandonne 0,02%.

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro avance de 0,17%, le FTSEurofirst 300 progresse de 0,21% et le Stoxx 600 reprend 0,21% avoir perdu 2,2% la semaine dernière, sa plus mauvaise performance hebdomadaire depuis près de six mois.

Donald Trump a accru la pression vendredi sur la Chine en annonçant qu’il pourrait taxer l’équivalent de 267 milliards de dollars de produits chinois, qui s’ajouteraient aux 200 milliards susceptibles d’être taxés “très prochainement”.

Le président américain a déjà imposé des droits de douane de 25% sur 50 milliards de dollars de produits chinois, essentiellement des machines-outils et des composants électroniques, dont les semi-conducteurs.

Mais les effets de ces tarifs sur le commerce entre Washington et Pékin semblent pour l’instant limités : l’excédent commercial chinois vis-à-vis des Etats-Unis s’est ainsi creusé au mois d’août pour atteindre un montant record.

Cette statistique “indique clairement que les premières taxes douanières américaines n’ont eu aucun impact, ce qui rend assez logique que l’administration Trump veuille augmenter les pressions sur Pékin”, observent les stratèges de Mirabaud Securities.

Elle montre aussi que “cette guerre commerciale n’est pas près de s’arrêter de sitôt. On voit mal pourquoi Pékin se précipiterait à signer un accord quelconque avec Washington tant que l’impact ne sera pas visible dans les chiffres”, ajoutent-ils.

VALEURS

Face aux nouvelles menaces commerciales de Donald Trump, le géant de l’électronique grand public Apple a prévenu vendredi qu’il serait probablement affecté par les droits de douane envisagés.

En réponse, Donald Trump a indiqué qu’Apple n’avait qu’à fabriquer ses produits aux Etats-Unis, une réaction qui a eu pour conséquence de pénaliser les fournisseurs de la marque à la pomme en Asie comme en Europe.

Les fournisseurs chinois d’Apple, tels Luxshare Precision, Shenzhen Sunway Communication et Suzhou Dongshan Precision Manufacturing, ont décroché de 10%.

En Europe, STMicroelectronics (-0,83%) accuse l’un des plus forts replis du CAC 40. Le suisse AMS recule de 0,82% et l’allemand Dialog Semiconductor perd 2,27%.

Plus fort repli sectoriel, le compartiment européen de l’automobile recule de 0,3% alors que les discussions commerciales doivent reprendre ce lundi entre les Etats-Unis et l’Union européenne sur la question notamment des droits de douane visant les importations de voitures.

En tête du Stoxx, RPC s’envole de 21,21% à la Bourse de Londres après que le groupe britannique, numéro un européen des emballages plastique, a dit être en discussions préliminaires en vue de son rachat avec les fonds Apollo Global Management et Bain Capital.

Très bien orientées également, les banques italiennes concentrent les plus fortes hausses du Stoxx 600, leur indice Footsie grimpant de 4%.

TAUX

Les déclarations de Giovanni Tria contribuent également à amplifier le repli des taux italiens. Le rendement des emprunts à dix ans recule de plus de douze points de base, pour retomber sous 2,75%, un plus bas depuis début août.

Le reste des rendements souverains en Europe est orienté en légère hausse, dans la foulée de la remontée de rendements des Treasuries après la publication vendredi d’un solide rapport sur l’emploi aux Etats-Unis au mois d’août.

CHANGES

Le dollar se stabilise lundi face à un panier de devises mais reste soutenu par les tensions commerciales et la solidité des indicateurs économiques en provenance des Etats-Unis, qui alimente les anticipations de deux nouvelles hausses des taux de la Réserve fédérale (Fed) cette année.

L’euro est ainsi retombé autour de 1,1560, un plus bas d’une semaine. La devise unique n’a guère réagi à l’annonce d’une baisse plus forte que prévu du moral des investisseurs en zone euro.

Du côté des devises émergentes, la livre turque a réduit ses pertes après l’annonce d’une croissance de l’économie turque de 5,2% au deuxième trimestre par rapport à la même période de 2017, soit un peu moins que la hausse de 5,3% attendue en moyenne par les économistes interrogés par Reuters.

EN ASIE

Les places boursières chinoises ont clôturé en baisse en réponse aux nouvelles menaces commerciales de Donald Trump. L’indice composite de la Bourse de Shanghai a perdu 1,21% et l’indice Hang Seng à Hong Kong a reculé de 1,33%.

De son côté, la Bourse de Tokyo a gagné 0,3%, mettant fin à six séances consécutives de baisse, après la révision à la hausse de la croissance de l’économie japonaise au deuxième trimestre.

Sur la période avril-juin, le produit intérieur brut (PIB) du Japon a augmenté de 3,0% en rythme annualisé, contre 1,9% en première estimation et alors que le consensus des estimations d’économistes recueillies par Reuters ressortait à 2,6%.

A WALL STREET

La Bourse de New York a terminé dans le rouge vendredi, après les menaces de Donald Trump sur de nouveaux tarifs douaniers à l’encontre de la Chine. L’indice Dow Jones a perdu 0,31%, le S&P-500 a cédé 0,22% et le Nasdaq Composite a reculé 0,25%, accusant sur la semaine sa plus mauvaise performance hebdomadaire depuis mars.

Apple, première capitalisation boursière mondiale, a terminé en baisse de 0,8% et reculait encore dans les échanges d’après-Bourse après son avertissement sur l’impact des droits de douane américains contre la Chine. [.NFR]

PÉTROLE

Les cours du brut évoluent en hausse lundi, soutenus par l’annonce d’une réduction du nombre de forages aux Etats-Unis, selon les chiffres fournis par Baker Hugues, et la perspective de tensions sur l’offre avec les sanctions attendues en novembre des Etats-Unis à l’encontre de l’Iran.

Le baril de Brent évolue à plus de 77 dollars et le baril de brut léger américain (WTI) à plus de 68 dollars.

À L’AGENDA

La commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, recevra lundi à Bruxelles le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer pour engager un nouveau cycle de discussions, après le “cessez-le-feu” passé en juillet entre Donald Trump et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

Aucun indicateur en provenance des Etats-Unis n’est attendu lundi.

Édité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below