September 3, 2018 / 4:04 PM / 2 months ago

Pour séduire le FMI, l'Argentine vise l'équilibre budgétaire en 2019

BUENOS AIRES (Reuters) - L’Argentine a présenté lundi un plan promettant l’équilibre budgétaire en 2019, en taxant les exportations de denrées agricoles et d’autres produits, alors que le pays veut convaincre le FMI d’accélérer la mise en place d’un programme de renflouement de 50 milliards de dollars.

Les mesures d'austérité annoncées par le ministre argentin du Trésor, Nicolas Dujovne (photo), sont motivées par la chute du peso qui a perdu 16% de sa valeur la semaine passée et près de 50% face au dollar depuis le début de l'année. /Photo prise le 3 septembre 2018/REUTERS/Marcos Brindicci

Les mesures d’austérité annoncées par le ministre argentin du Trésor, Nicolas Dujovne, sont motivées par la chute du peso qui a perdu 16% de sa valeur la semaine passée et près de 50% face au dollar depuis le début de l’année.

Les investisseurs s’interrogent sur la capacité du gouvernement de centre droit du président Mauricio Macri à contenir le déficit budgétaire alors que la récession et la dégringolade du peso risquent de peser sur le service de la dette libellé pour sa majeure partie en dollars.

L’objectif initial du gouvernement argentin était de limiter le déficit budgétaire hors service de la dette à 1,3% du produit intérieur brut (PIB) l’an prochain mais Nicolas Dujovne a annoncé lundi que l’ambition était désormais de parvenir à l’équilibre en 2019.

Le nouveau projet budgétaire du gouvernement argentin vise en outre à atteindre un excédent primaire - hors service de la dette - de 1% du PIB en 2020.

La quasi-totalité des recettes destinées à combler le déficit proviendront d’une taxe de quatre pesos par dollar sur les exportations agricoles et d’une taxe de trois pesos par dollar sur les autres produits d’exportation, a expliqué Dujovne.

L’économie argentine devrait connaître en 2018 une récession supérieure au 1% attendu par les prévisionnistes.

Dujovne doit se rendre mardi à Washington pour convaincre le FMI d’accélérer le versement d’une aide de 50 milliards de dollars dans le cadre d’un accord provisoire de financement conclu en juin.

“Il ne s’agit pas simplement d’une nouvelle crise. Il faut que ce soit la dernière”, a déclaré Mauricio Macri dans une déclaration à la télévision.

Le chef de l’Etat, qui a par ailleurs remanié son gouvernement, ramenant de 19 à dix le nombre de ses ministres pour le rendre “plus compact” et plus réactif, a précisé que les taxes sur les exportations étaient des mesures d’urgence destinées à être levées dès que la situation économique serait stabilisée.

Il a également reconnu que le niveau de pauvreté risquait de s’aggraver dans le pays sous l’effet d’une inflation supérieure à 30% mais a promis une action publique sur certains programmes sociaux, notamment en faveur des enfants.

Cette crise ranime les souvenirs douloureux de celle des années 2001-2002 qui avait plongé plusieurs millions d’Argentins dans la pauvreté.

Après les annonces du gouvernement, le peso a encore reculé face au dollar, perdant 4,39% à 38,70 pesos pour un dollar.

Maximilian Heath avec Mitra Taj, Hugh Bronstein, Scott Squires et Luc Cohen; Pierre Sérisier pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below