September 3, 2018 / 3:54 PM / in 2 months

RPT-Mercedes et les constructeurs allemands à l'assaut de Tesla

STOCKHOLM/PARIS (Reuters) - Rpt coquille §1

Mercedes-Benz, filiale de Daimler, va dévoiler mardi son tout premier SUV 100% électrique et la marque allemande entend ravir des parts de marché à Tesla sur le segment en plein expansion des modèles haut de gamme fonctionnant sur batterie. /Photo prise le 5 avril 2018/REUTERS/Hannibal Hanschke

Mercedes-Benz, filiale de Daimler, va dévoiler mardi son tout premier SUV 100% électrique et la marque allemande entend ravir des parts de marché à Tesla sur le segment en pleine expansion des voitures de haut de gamme fonctionnant sur batterie.

Le groupe de Stuttgart et les autres constructeurs automobiles allemands BMW et Volkswagen, via ses marques Audi et Porsche, vont attaquer de front Tesla, valorisé 52 milliards de dollars (44,7 milliards d’euros) à Wall Street et pionnier des véhicules électriques.

Le marché des voitures électriques haut de gamme est dominé par le groupe américain dont la nouvelle berline Model 3, plus accessible, devrait s’écouler à environ 50.000 exemplaires cette année et le double l’an prochain.

Le Mercedes EQC, dont la présentation mardi à 16h30 GMT à Stockholm sera relayée en direct sur internet, est le premier modèle de la nouvelle gamme EQ de véhicules électriques Mercedes. Il sera suivi par des modèles concurrents de BMW et Audi.

“Tesla domine actuellement le marché des voitures électriques de luxe mais je ne pense pas que ce sera encore le cas avec l’arrivée des offres premium allemandes”, a déclaré Wajih Hossenally, analyste chez IHS Markit.

“Tesla n’a pratiquement aucune concurrence - mais cela changera à partir de 2019.”

LMC Automotive estime que la part de marché de Tesla dans les voitures électriques décroîtra de 12,3% actuellement à 2,8% au cours la prochaine décennie, malgré une hausse de ses ventes en termes absolus.

Dès 2020, la part de marché cumulée des constructeurs allemands atteindra 11,8% et dépassera celle de Tesla, puis elle continuera de progresser pour se situer à environ 19% en 2023, selon les prévisions du cabinet de recherche spécialisé.

Daimler a choisi la Suède pour lancer son nouveau véhicule, à grands renforts de références écologiques et de “teasings” sur Instagram et Twitter.

L’EQC, qui sera disponible à la vente l’an prochain, sera proposé à un tarif proche des berlines de la classe GLC de Mercedes, ce qui lui permettra de rester dans la gamme de prix de la Model 3 de Tesla, commercialisée à 49.000 dollars (42.170 euros).

Tesla, qui propose aussi les Model X et Model S en haut de gamme, travaille sur le lancement d’une voiture plus abordable, la Model Y, mais qui ne sortira pas avant 2020 ou 2021.

MERCEDES OUVRE LA VOIE

Avant même d’avoir communiqué son prix, Mercedes dit avoir reçu plus de 2.000 réservations avec un acompte de 20.000 couronnes (2.060 euros) pour l’EQC en Norvège, le premier marché européen du véhicule électrique où Tesla a vendu 8.500 voitures l’an dernier.

Audi a commencé lundi la production de son SUV e-Tron dont la cérémonie de lancement est prévue le 17 septembre à San Francisco, à seulement une soixantaine de kilomètres de l’usine Tesla de Fremont. La filiale haut de gamme de Volkswagen prévoit de prendre des pré-commandes pour l’e-Tron avec un acompte remboursable de 1.000 dollars.

Le e-Tron arrivera chez les concessionnaires au début de l’année prochaine, suivi en 2020 par deux autres Audi électriques et la Porsche Taycan.

BMW de son côté a loué un avion cargo Lufthansa pour transporter son véhicule électrique Vision iNext - qui en est toujours au stade de concept-car - de Munich à Pékin en passant par New York et San Francisco. Des événements sont prévus dans les quatre villes pendant cinq jours.

Alors que certains experts doutent de la capacité des constructeurs allemands à surprendre et émerveiller comme savent le faire Tesla et son imprévisible PDG Elon Musk, beaucoup se demandent également s’ils en ont vraiment besoin.

“Les constructeurs allemands ont dans leur ADN des voitures de grande classe hautement désirables et agréables à conduire”, souligne Nicolai Müller, associé chez McKinsey à Cologne. “C’est un très bon point de départ”.

Tesla a su jouer sur son image technologique pour convaincre ses premiers clients de payer plus cher pour un véhicule électrique, alors que le groupe n’avait à ses débuts pratiquement aucune référence dans l’automobile ni réseau de concessionnaires.

Les constructeurs allemands à l’inverse se sont bâti depuis un siècle une solide réputation en termes de production, de marques et de réseaux de distribution.

Claude Chendjou pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below