August 28, 2018 / 8:34 PM / 23 days ago

Nouveaux records à Wall Street malgré une séance hésitante

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini sur une petite hausse mardi, suffisante pour que le S&P-500 et le Nasdaq inscrivent de nouveaux records pour la troisième séance consécutive, dans un marché tenté par des prises de bénéfice après avoir salué l’accord de libre-échange conclu par les Etats-Unis et le Mexique.

La Bourse de New York a fini sur une petite hausse mardi, suffisante pour que le S&P-500 et le Nasdaq inscrivent de nouveaux records pour la troisième séance consécutive, dans un marché tenté par des prises de bénéfice après avoir salué l'accord commercial conclu par les Etats-Unis et le Mexique. L'indice Dow Jones a fini en hausse de 14,38 points, soit 0,06%, à 26.064,02, à son meilleur niveau depuis le début février. /Photo d'archives/REUTERS/Andrew Kelly

L’indice Dow Jones a fini en hausse de 14,38 points, soit 0,06%, à 26.064,02, à son meilleur niveau depuis le début février.

Le S&P-500, plus large, a avancé de 0,78 point ou 0,03% à 2.897,52 et le Nasdaq Composite a gagné 12,14 points (0,15%) à 8.030,04.

Il s’agit de clôtures records pour ces deux indices qui, le matin, avaient atteint des pics inédits à respectivement 2.903,77 et 8.046,32 points avant de refluer sur des prises de bénéfice.

“Les gens hésitent entre rester (sur le marché) ou prendre leur bénéfice en profitant du dernier bond lié aux nouvelles positives sur le front commercial”, commente Chuck Carlson, directeur général de Horizon Investment Services à Hammond, dans l’Indiana. “Toute la question est de savoir quelle sera la teneur des prochaines nouvelles sur ce front.”

Plusieurs membres du Congrès ont exprimé du scepticisme sur l’accord avec le Mexique si le Canada n’y est pas associé, comme c’était le cas pour l’Accord de libre-échange nord-américain (Alena) dont Donald Trump a imposé la renégociation. La ministre canadienne des Affaires étrangères est arrivée dans la journée à Washington pour des négociations, en se disant “encouragée” par les avancées de la veille.

COTY SE DISTINGUE À LA HAUSSE

Les volumes ont été de saison à Wall Street avec 5,58 milliards d’actions échangées contre une moyenne de 6,18 milliards sur les 20 séances précédentes.

Seuls quatre des 11 grands indices sectoriels S&P-500 ont fini en hausse, la meilleure performance étant pour l’immobilier (+1,19%) alors que les télécoms (-0,48%) et l’énergie (-0,45%) ont fermé la marche.

Plus forte baisse du S&P-500, le distributeur d’électronique grand public Best Buy a lâché 5,01% après des résultats trimestriels marqués par un ralentissement de la croissance de ses ventes en ligne et accompagnés d’une prévision de bénéfice inférieure aux attentes pour ce trimestre.

Le constructeur de voitures électriques Tesla, toujours fragilisé par les changements de pied de son PDG Elon Musk, a encore abandonné 2,32%.

Le fabricant de soupes Campbell Soup a reculé de 2,14% après un article du New York Post affirmant qu’il n’a pas l’intention de se mettre en vente. Le groupe, qui a lancé une revue stratégique sous la pression d’investisseurs activistes, en présentera les résultats jeudi en même temps qu’il publiera ses résultats trimestriels.

A la hausse, le parfumeur Coty s’est adjugé 4,70%, meilleure performance du S&P, et Estée Lauder a gagné 1,33% après des relèvements de recommandation de Morgan Stanley.

Hors de l’indice, Sears Holdings a rebondi de 12,61% à 1,25 dollars après l’annonce de l’extension à l’ensemble du territoire américain d’un partenariat entre Sears Auto Center et Amazon.com pour la vente et l’installation de pneus. Le titre du distributeur en difficulté avait touché un nouveau plus bas de 1,07 vendredi dernier après l’annonce de nouvelles fermetures de magasins.

Yum China, qui exploite les restaurants KFC, Pizza Hut et Taco Bell en Chine, s’est octroyé 3,86% à 37,17 dollars. Selon le Wall Street Journal, le groupe a rejeté une offre d’achat à 46 dollars par action soumise par des fonds d’investissement et valorisant la société à plus de 17 milliards de dollars.

STATU QUO DU DOLLAR

Avant Wall Street, les actions européennes avaient elles aussi fini en hausse modérée, les craintes d’une récession mondiale provoquée par une guerre des tarifs douaniers n’ayant pas disparu.

Le dollar a également fini sans grand changement sur le marché des changes, terminant en repli de 0,1% face à l’euro à 1,1691. L’indice dollar, qui mesure la valeur du billet vert face à un panier de devises, revenait à l’équilibre en fin de séance, à 94,717(-0,05%) après avoir touché auparavant un plus bas de quatre semaines à 94,434.

Du côté des devises émergentes, la livre turque a encore perdu 2,45% contre le dollar et le peso argentin a touché un nouveau plus bas record.

Le peso mexicain est retombé de son côté de 1,05% face au dollar après son bond de la veille.

Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt de référence à 10 ans a poursuivi sa hausse à 2,886% en fin de séance contre 2,85% lundi soir.

Le rendement de la note à deux ans a limité sa hausse à moins d’un demi-point de base, permettant à l’écart de rendement avec le 10 ans de s’élargir modestement de 2,2 points de base à 21,5 pdb.

De même le “spread” entre le papier à cinq ans et les obligations à 30 ans a augmenté de 25,8 pdb.

avec Shreyashi Sanyal à Bangalore, Véronique Tison pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below