August 28, 2018 / 1:29 PM / 3 months ago

La BCE doit être attentive aux risques liés à sa politique, dit Peter Praet

Les risques associés à la politique monétaire ultra-accommodante de la Banque centrale européenne doivent être "étroitement surveillés" après plusieurs années de croissance économique dans la zone euro, a déclaré mardi le chef économiste de la BCE, Peter Praet (photo). /Photo prise le 14 mars 2018/REUTERS/Ralph Orlowski

COLOGNE, Allemagne (Reuters) - Les risques associés à la politique monétaire ultra-accommodante de la Banque centrale européenne doivent être “étroitement surveillés” après plusieurs années de croissance économique dans la zone euro, a déclaré mardi le chef économiste de la BCE, Peter Praet.

Ces propos seront probablement interprétés comme le signe que la BCE est de plus en plus attentive aux effets secondaires de ses rachats massifs d’actifs et de ses taux très bas, voire négatifs. Elle a d’ores et déjà annoncé l’arrêt à la fin de l’année de ses rachats nets d’actifs, première étape de la normalisation de sa politique avant un premier relèvement de taux qui n’interviendra pas avant l’été 2019.

Certains responsables allemands, mais aussi d’autres pays de la zone euro, se plaignent de longue date que la politique actuelle de la BCE gonfle artificiellement les prix sur les marchés immobilier et obligataire.

“Une politique monétaire patiente, prudente et persévérante demeure nécessaire”, a dit Peter Praet. “En même temps, et en particulier à ce stade du cycle de politique monétaire, la transmission des risques de notre politique doit être étroitement surveillée.”

La politique ultra-accommodante de la BCE a contribué à baisser le coût de financement dans la zone euro, où la distribution de crédit a connu le mois dernier sa plus forte croissance depuis 2009.

La croissance économique du bloc a toutefois ralenti depuis le début de l’année, donnant à penser que le cycle d’expansion a atteint son pic au moment même où la BCE se décide à normaliser sa politique.

La maturité du cycle économique dans la zone euro et le caractère toujours accommodant de la politique de la BCE devraient inciter davantage de pays à prendre des mesures nationales pour éviter des tensions en termes de financement de l’activité, a plaidé Peter Praet.

“Des instruments macroprudentiels ont été activés à juste titre dans un certain nombre de cas et d’autres doivent probablement être activés et de plus en plus utilisés dans un certain nombre de cas au vu de la situation où nous nous trouvons dans le cycle et en raison des besoins”, a dit le chef économiste de la BCE.

Balazs Korany, Bertrand Boucey pour le service français, édité par Marc Joanny

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below