August 23, 2018 / 4:22 PM / 3 months ago

Les actions à la peine, le dollar rebondit

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont clôturé en légère baisse jeudi, le repli sur les valeurs défensives compensant l’impact négatif de la nouvelle montée des barrières douanières entre les Etats-Unis et la Chine, tandis que le dollar profitait de la perspective de plus en plus nette d’une hausse de taux de la Réserve fédérale en septembre.

Les Bourses européennes ont clôturé en légère baisse jeudi. À Paris, le CAC 40 a fini en repli de 0,02%. A Londres, le FTSE 100 a perdu 0,15% et à Francfort, le Dax a reculé de 0,16%. /Photo d'archives/REUTERS/Ralph Orlowski

À Paris, le CAC 40 a fini en repli de 0,02% (1,28 point) à 5.419,33 points. A Londres, le FTSE 100 a perdu 0,15% et à Francfort, le Dax a reculé de 0,16%.

L’indice EuroStoxx 50 a cédé 0,03%, le FTSEurofirst 300 0,18% et le Stoxx 600 0,17%.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait elle aussi dans le rouge, le Dow Jones cédant 0,4%, le Standard & Poor’s 500 0,19% et le Nasdaq Composite 0,18%.

En Europe, la baisse a principalement touché les secteurs les plus exposés aux barrières commerciales après l’entrée en vigueur de droits de douane américains à 25% sur 16 milliards de dollars (13,8 milliards d’euros) de produits importés de Chine, à laquelle Pékin a répliqué par des mesures équivalentes.

L’indice Stoxx de l’automobile a perdu 1,55% et celui des matières premières 0,68%.

BMW (-1,47%), Daimler (-1,61%) et Volkswagen (-0,63%) figurent parmi les plus fortes baisses de l’EuroStoxx 50; à Paris, Peugeot (-3,21%), Michelin (-2,25%) et Renault (-1,82%) accusent les replis les plus marqués du CAC devant ArcelorMittal (-1,48%).

Les investisseurs se sont repliés sur les secteurs les moins exposés à un éventuel coup de frein aux échanges commerciaux, comme l’immobilier (+0,27%).

Par ailleurs, Ryanair a gagné 5,48% après l’annonce d’un accord avec un syndicat de pilotes en Irlande, effaçant une partie des pertes subies ces dernières semaines en raison des grèves d’une partie de ses salariés.

COMMERCE, POLITIQUE ET FED FAVORISENT LE DOLLAR

Sur le marché des changes, le dollar, après avoir cédé plus de 1,5% en six séances, est reparti à la hausse en profitant tout à la fois des incertitudes politiques aux Etats-Unis après les revers judiciaires de deux proches de Donald Trump, de la nouvelle poussés de tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine et de la perspective d’une hausse de taux de la Réserve fédérale en septembre, qu’a confortée mercredi le compte rendu de sa dernière réunion de politique monétaire.

Le billet vert reprend 0,3% face à un panier de devises de référence. Les cambistes attendent vendredi le discours que Jerome Powell, le président de la Fed, doit prononcer lors de la conférence de Jackson Hole, dans le Wyoming, rendez-vous estival annuel pour de nombreux banquiers centraux de la planète.

L’euro abandonne 0,22% à 1,1570 dollar. Il n’a trouvé de soutien solide ni dans le compte rendu de la réunion de juillet de la Banque centrale européenne (BCE), sans réelle surprise,, ni dans les premiers résultats des enquêtes mensuelles PMI auprès des directeurs d’achats de la zone euro.

Ces derniers ne montrent qu’une très légère accélération de la croissance tandis que les perspectives d’activité souffrent.

“La croissance des nouvelles commandes est restée pratiquement inchangée mais la hausse des commandes à l’export a été de nouveau pénalisée par la montée des tensions commerciales”, constate Radu-Gabriel Cristea, économiste de Barclays, dans une note sur les PMI.

“Même s’il reste élevé, l’optimisme des entreprises, tous secteurs confondus, sur l’évolution de l’activité a continué de reculer et plusieurs éléments de la dernière enquête soulignent que les incertitudes politiques, les frictions commerciales et l’évocation d’une baisse de la demande pèsent sur la confiance.”

Le rendement des obligations d’Etat allemandes à dix ans, référence pour l’ensemble de la zone euro, a terminé la journée pratiquement inchangé à 0,34%.

Son équivalent américain est en légère hausse après l’annonce d’un recul des inscriptions au chômage la semaine dernière et en dépit de la baisse des ventes de logements, tombées à leur plus bas niveau depuis neuf mois.

Le marché pétrolier est en légère baisse, les craintes de voir les tensions commerciales peser sur la demande l’emportant sur la baisse des stocks de brut aux Etats-Unis.

Édité par Juliette Rouillon

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below