August 22, 2018 / 8:14 AM / 3 months ago

Hésitation en Europe avant la Fed et les discussions USA-Chine

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes hésitent mercredi à l’ouverture, les investisseurs limitant les prises de risques avant la reprise des négociations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis.

Les Bourses européennes hésitent mercredi à l'ouverture. Le CAC 40 prend 0,25% vers 07h45 GMT, le Dax gagne 0,23% et le FTSE cède 0,38. /Photo prise le 6 août 2018/REUTERS/Régis Duvignau

La politique monétaire américaine, qui vient de faire l’objet de nouvelles critiques de la part de Donald Trump, revient également sur le devant de la scène avec la publication du compte rendu de la dernière réunion de la Réserve fédérale (18h00 GMT) puis, en fin de semaine, le symposium de Jackson Hole avec un discours très attendu du président de la Fed, Jerome Powell.

Pendant ce temps, la courbe des taux américains ne cesse de s’aplatir, avec un écart de rendement (‘spread’) entre les emprunts d’Etat à deux et 10 ans tombé sous 23 points de base.

À Paris, l’indice CAC 40 prend 0,25% à 5.421,83 points vers 07h45 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,23% et à Londres, le FTSE cède 0,38%, pénalisé par son exposition aux ressources de base.

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro prend 0,2%, le FTSEurofirst 300 et le Stoxx 600 reculant respectivement pour leur part de 0,05% et 0,06%.

Les investisseurs attendent des indications concernant l’évolution des discussions entre les Etats-Unis et la Chine, deux jours de pourparlers étant prévus à Washington ce mercredi et jeudi. L’optimisme des derniers jours est cependant un peu retombé après les propos du président américain disant ne pas s’attendre à des progrès spectaculaires.

Donald Trump ne quitte pas l’actualité puisque que son ancien directeur de campagne, Paul Manafort, a été jugé coupable mardi de fraudes fiscale et bancaire et que Michael Cohen, son ancien avocat personnel, a parallèlement plaidé coupable pour des faits similaires.

L’impact sur les marchés de ces développements devrait être limité, estime Paul Donovan, chef économiste de la branche gestion de fortune d’UBS. Les indices européens paraissent lui donner raison, même si les contrats à terme à Wall Street sont orientés en légère baisse.

LES RESSOURCES DE BASE SOUFFRENT

Aux valeurs en Europe, Linde perd 0,32% dans les premiers échanges après avoir prévenu que les cessions d’actifs nécessaires pour garantir les autorisations réglementaires à sa fusion avec Praxair avaient atteint un niveau qui permettrait à chacune des deux parties de renoncer à l’opération sans pénalités. Le groupe a cependant ajouté que des discussions constructives se poursuivaient avec son partenaire américain.

Sur le plan sectoriel, la plus forte baisse est pour les ressources de base, dont l’indice Stoxx cède 0,77% après les nouvelles en provenance de Chine, où la banque centrale a écarté une stimulation monétaire massive afin de relancer la croissance de la deuxième économie du monde.

Dans ce contexte, l’indice composite de la Bourse de Shanghai a abandonné 0,7%.

La Bourse de Tokyo a fini pour sa part en hausse de 0,64%, portée notamment par les valeurs technologiques après la bonne performance du compartiment la veille aux Etats-Unis.

L’indice MSCI regroupant les valeurs d’Asie et du Pacifique (hors Japon) prend 0,14%.

A Wall Street, l’indice S&P-500 a atteint mardi un record en séance et égalé la plus longue séquence haussière de son histoire, à la faveur de résultats d’entreprise une nouvelle fois jugés encourageants et de l’accalmie sur le front commercial.

Sur le marché des changes, le dollar se stabilise face à un panier de devises de référence après avoir reculé dans la foulée des déclarations du président américain sur la Fed.

Dans un entretien à Reuters, Donald Trump a dit n’être “pas emballé” par la politique de hausse des taux d’intérêt suivie par Jerome Powell, jugeant que la Fed devrait soutenir davantage l’économie américaine. Et il a de nouveau accusé la Chine et l’Union européenne de manipuler leurs monnaies.

Les cours du pétrole restent orientés à la hausse, portés par l’annonce d’une baisse des stocks de brut aux Etats-Unis et par les efforts américains destinés à étouffer les exportations de l’Iran.

Édité par Juliette Rouillon

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below