June 7, 2018 / 6:24 AM / 6 months ago

Buffett et Dimon déplorent le court-termisme des marchés financiers

L'investisseur milliardaire Warren Buffett (photo) et le patron de la banque JPMorgan Chase Jamie Dimon jugent que la vision à court terme des marchés financiers nuit à l'activité économique. /Photo d'archives/REUTERS/Rick Wilking

(Reuters) - L’investisseur milliardaire Warren Buffett et le patron de la banque JPMorgan Chase Jamie Dimon exhortent les entreprises à ne plus annoncer d’objectifs pour leurs résultats trimestriels afin de sortir de la vision à court terme des marchés financiers qui nuit selon eux à l’activité économique.

La pression pour atteindre à tout prix les estimations de résultats à court terme a contribué à la chute de bon nombre d’entreprises cotées, écrivent-ils dans un article publié mercredi par le Wall Street Journal.

L’orientation court-termiste des marchés de capitaux dissuade les entreprises qui ont une vision de long terme d’entrer en Bourse, ce qui est dommageable pour l’économie et l’innovation, ajoutent-ils.

“Par expérience, nous savons que les indications sur les performances trimestrielles conduisent à une fixation malsaine sur les profits à court terme au détriment de la stratégie et de la croissance de long terme”, déplorent-ils.

Warren Buffett est le PDG du conglomérat Berkshire Hathaway tandis que Jamie Dimon, en plus de diriger la première banque américaine, préside le lobby patronal Business Roundtable.

Le court-termisme induit par le système amène les entreprises à suspendre des investissements ou des embauches pour pouvoir afficher des résultats trimestriels conformes à leur “guidance” alors que leurs performances peuvent avoir été affectées par des facteurs hors de leur contrôle, soulignent-ils.

Pour autant, Warren Buffet et Jamie Dimon disent ne pas s’opposer aux publications trimestrielles qui assurent la transparence des entreprises cotées dans lesquelles, rappellent-ils, plus de 100 millions d’Américains investissent directement ou via des fonds de placement ou de retraite.

“Bien qu’elles ne représentent que 4.300 des 28 millions d’entreprises américaines, les sociétés cotées concentrent un tiers de l’emploi privé et la moitié de l’investissement. Les entreprises cotées américaines sont le moteur de la création d’emplois et de la croissance économique”, écrivent-ils.

Rama Venkat Raman à Bangalore, Véronique Tison pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below