June 4, 2018 / 8:57 PM / 2 months ago

Les actions et l'euro profitent du repli des tensions politiques

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont fini en hausse lundi et Wall Street poursuivait sa progression à mi-séance, l’apaisement des tensions politiques en Europe ayant ravivé l’appétit pour le risque et relégué au second plan les préoccupations liées au commerce international.

Les principales Bourses européennes ont fini en hausse lundi. À Paris, le CAC 40 a terminé sur un gain de 0,14% (7,38 points) à 5.472,91 points après une brève incursion au-dessus de 5.500 points. A Londres, le FTSE 100 a gagné 0,51% et à Francfort, le Dax a progressé de 0,37%. /Photo prise le 23 mars 2018/REUTERS/Kai Pfaffenbach

À Paris, le CAC 40 a terminé sur un gain de 0,14% (7,38 points) à 5.472,91 points après une brève incursion au-dessus de 5.500 points. A Londres, le FTSE 100 a gagné 0,51% et à Francfort, le Dax a progressé de 0,37%. L’indice EuroStoxx 50 a pris 0,46%, le FTSEurofirst 300 0,22% et le Stoxx 600 0,31%.

La Bourse de Madrid a surperformé avec un gain de 1,22% pour l’indice Ibex après les déclarations d’un proche du nouveau président du gouvernement, Pedro Sanchez, excluant l’hypothèse d’élections législatives anticipées.

Milan a passé la majeure partie de la séance dans le vert mais cède en clôture 0,45%. Les rendements des emprunts d’Etat italiens, eux, ont poursuivi leur repli, sous 0,8% pour le deux ans et sous 2,55% pour le dix ans. L’écart de rendement avec le Bund allemand à dix ans est quant à lui revenu autour de 210 points de base contre plus de 310 points au plus haut mardi dernier.

Quant à l’euro, que les tensions politiques avaient fait tomber à 1,15 dollar la semaine dernière, il a regagné du terrain face au billet vert: après un pic à 1,1744, il a réduit ses gains pour revenir à 1,1695.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait elle aussi dans le vert, le Dow Jones s’adjugeant 0,78% et le Nasdaq Composite 0,37%. Le S&P et le Nasdaq évoluent au plus haut depuis la mi-mars et Apple (+1,12%) comme Amazon (+0,66%) ont inscrit des records.

Le marché américain continue de profiter de l’élan que lui ont donné vendredi les chiffres mensuels de l’emploi aux Etats-Unis, qui ont renforcé la confiance des investisseurs dans la bonne santé de l’économie sans pour autant ravivé les craintes d’une accélération de la hausse des taux de la Réserve fédérale.

AIR FRANCE-KLM ENTOURÉ, ACCOR SANCTIONNÉ

Ce jugement n’a pas été remis en cause par les chiffres des commandes à l’industrie publiés ce lundi, leur recul étant lié entre autres à la baisse des commandes d’avions.

Si la croissance américaine et la politique européenne rassurent, les tensions commerciales n’ont pas totalement disparu de l’écran radar des investisseurs.

“Il n’y a toujours pas de progrès dans les discussions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine”, constate David Madden, analyste de CMC Markets. “Pékin a confirmé que les négociations avaient ‘permis des développements positifs et concrets’ mais rien n’a été formellement accompli.”

Si elle n’empêche pas les actions de monter, cette incertitude persistante a favorisé les prises de bénéfice sur le dollar après sa hausse de vendredi: la devise américaine a touché son plus bas niveau depuis près de deux semaines face à un panier de devises de référence (-0,18%).

Aux valeurs en Europe, Air France-KLM a bondi de 5,47%, la meilleure performance du Stoxx 600, profitant à plein de l’évocation d’un possible rachat par AccorHotels de la participation de 14,3% de l’Etat français au capital du groupe de transport aérien. Accor, en revanche, a cédé 6,95%.

Société générale (+0,73%) a bénéficié d’une part des spéculations sur l’éventualité d’un rapprochement avec l’italien UniCredit (-0,83%) et d’autre part de l’annonce d’accords amiables pour solder les litiges liés aux taux interbancaires Libor et au fonds souverain libyen, pour un montant couvert selon le groupe par les provisions déjà passées.

A la baisse, le secteur du pétrole et du gaz accuse le repli le plus marqué du jour (-0,41%), conséquence de la baisse marquée des cours du brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) (-1,05%), revenu à son plus bas niveau depuis le 10 avril, sous 65 dollars.

TechnipFMC a perdu 3,88%, Royal Dutch Shell 0,21%.

Édité par Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below