May 31, 2018 / 2:13 PM / in 6 months

Washington taxe l'acier et l'aluminium de l'UE, qui va riposter

par Jason Lange et Ingrid Melander

Le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross a annoncé l'instauration de droits de douane sur l'acier et l'aluminium importés aux Etats-Unis par l'UE, le Canada et le Mexique à compter du 1er juin. /Photo prise le 16 mai 2018/REUTERS/Kacper Pempel

WASHINGTON (Reuters) - Les Etats-Unis ont annoncé jeudi l’instauration de droits de douane de 25% sur l’acier et de 10% sur l’aluminium importés aux Etats-Unis par l’Union européenne, le Canada et le Mexique à compter du 1er juin.

Cette décision met fin à deux mois d’exemptions accordées à ces trois partenaires de Washington par le président Donald Trump afin d’encourager des discussions plus générales sur les échanges commerciaux. Elle relance les craintes d’une guerre commerciale.

La Commission européenne a promis de répliquer à la décision américaine en prenant “des contre-mesures dans les prochaines heures” et de saisir l’Organisation mondiale du Commerce (OMC). Le Mexique a également annoncé des mesures de rétorsion visant des produits agricoles américains.

Des mesures de représailles que l’économie américaine absorbera facilement, a assuré le secrétaire au Commerce, Wilbur Ross, en annonçant la décision américaine.

“Nous sommes impatients de poursuivre les négociations, d’une part avec le Canada et le Mexique, d’autre part avec la Commission européenne, car il y a d’autres questions qui doivent être réglées”, a encore déclaré Wilbur Ross, en visite à Paris, lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes.

Le président Donald Trump a imposé le 23 mars dernier des droits de douane de 25% sur les importations d’acier et de 10% sur les importations d’aluminium aux Etats-Unis en invoquant la section 232 du Trade Expansion Act de 1962, qui permet de restreindre les importations de biens jugées préjudiciables à la sécurité nationale.

Outre l’UE, le Canada et le Mexique, des exemptions avaient été accordées au Brésil, à l’Australie et à l’Argentine.

Ces taxes, qui sont déjà contestées par certains pays devant l’OMC, sont censées permettre une remontée du taux d’utilisation des capacités de production dans l’acier et l’aluminium aux Etats-Unis à plus de 80%.

Les tensions commerciales ont pesé sur Wall Street à l’ouverture, mais les valeurs des producteurs d’acier et d’aluminium ont logiquement grimpé.

LES VOITURES DE LUXE ALLEMANDES DANS LE COLLIMATEUR

Autre sujet d’inquiétude pour les Européens, l’administration de Donald Trump menace également de taxer les importations d’automobiles aux Etats-Unis.

Selon le magazine allemand Wirtschaftswoche, le président américain a dit en avril à son homologue français Emmanuel Macron qu’il comptait interdire les voitures de luxe allemandes aux Etats-Unis.

Parallèlement, Washington est engagé dans des négociations avec la Chine pour tenter de réduire son déficit commercial avec Pékin qui atteint annuellement environ 375 milliards de dollars.

Wilbur Ross est attendu vendredi dans la capitale chinoise où il s’emploiera à conclure des accords pour exporter davantage de produits américains sur le marché chinois.

A Paris, le secrétaire américain au Commerce a rencontré jeudi le ministre français de l’Economie, Bruno Le Maire, qui l’a mis en garde contre une taxation des importations européennes d’acier et d’aluminium.

“La responsabilité en incombe entièrement aux autorités américaines, à elles de décider si elles veulent oui ou non entrer dans un conflit commercial avec leur partenaire le plus proche”, a déclaré Bruno Le Maire.

La Commission européenne réclamait que l’UE soit exemptée de manière permanente, arguant que l’UE est une alliée des Etats-Unis et qu’elle n’est en rien responsable de l’engorgement des marchés de l’acier et de l’aluminium.

L’exécutif européen a fait savoir que l’UE imposerait des droits de douane sur 2,8 milliards d’euros (3,4 milliards de dollars) d’exportations américaines, dont le bourbon, le beurre de cacahuètes, les Harley Davidson et les jeans, si ses exportations de métaux vers les Etats-Unis, d’une valeur de 6,4 milliards d’euros, étaient finalement soumises à des droits de douane.

Eric Walsh avec Simon Carraud à Paris; Nicolas Delame et Jean-Stéphane Brosse pour le service français, édité par Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below