May 30, 2018 / 11:51 AM / in a month

SFR prêt à discuter avec Mediapro des droits de la Ligue 1

PARIS (Reuters) - L’opérateur télécoms SFR, filiale d’Altice, est ouvert à des discussions avec l’espagnol Mediapro, vainqueur surprise de l’appel d’offres pour les droits de retransmission de la Ligue 1, a déclaré mercredi le PDG d’Altice France Alain Weill.

L'opérateur télécoms SFR, filiale d'Altice, est ouvert à des discussions avec l'espagnol Mediapro, vainqueur surprise de l'appel d'offres pour les droits de retransmission de la Ligue 1, a déclaré mercredi le PDG d'Altice France Alain Weill. /Photo prise le 19 mai 2018/REUTERS/Emmanuel Foudrot

Le groupe de médias espagnol a raflé les principaux lots mis aux enchères, permettant à la Ligue de football professionnel (LFP) de plus que doubler sa mise et éjectant le partenaire historique Canal+, filiale de Vivendi.

“C’est un séisme incroyable”, a jugé Alain Weill lors d’une conférence de presse à l’occasion du lancement début juillet de RMC Sport, la chaîne de l’opérateur dédiée au sport qui diffusera la Ligue des Champions et la Premier League anglaise.

SFR, qui avait investi massivement dans des droits sportifs prestigieux, n’a cette fois pas participé aux enchères dans un contexte économique et financier compliqué pour l’opérateur, contrôlé par l’homme d’affaires Patrick Drahi.

DEUXIEME TOUR

L’opérateur n’exclut pas toutefois de discuter avec Mediapro dans ce qui se profile comme un deuxième “round” d’enchères.

Canal+, qui diffusait la Ligue 1 - son principal produit d’appel - depuis 1984, s’est déclaré dès mardi prêt à discuter avec le groupe audiovisuel espagnol.

“On pourrait être amené à discuter avec Mediapro, éventuellement, si le timing est compatible avec le nôtre pour conclure des accords dans les mois qui viennent”, a expliqué Alain Weill à des journalistes en marge de la conférence.

Le directeur général de la LFP Didier Quillot a pris les devants en proposant au dirigeant de SFR dès mardi soir, au résultat de l’appel d’offres, de rencontrer les représentants de Mediapro.

SFR pourrait éventuellement lui racheter certains droits. L’opérateur, qui dit vouloir être le “Netflix des sports”, pourrait aussi distribuer la chaîne promise par Mediapro dans le projet que celui-ci a remis à la LFP.

Selon le quotidien L’Equipe, l’espagnol, qui détient déjà les droits de la Liga espagnole, a accepté de débourser 780 millions d’euros par an pour prendre pied en France.

“On a un intérêt mutuel à travailler ensemble. Ils ont payé des droits assez chers, il faut maintenant des abonnés. Ils ont intérêt à travailler avec tous les opérateurs”, a ajouté Alain Weill.

Reste à savoir quelle sera la stratégie du groupe audiovisuel espagnol, contrôlé par un fonds d’investissement chinois, qui est notamment spécialisé dans la revente de droits et le marketing sportif.

SFR, qui débourse autour de 600 millions d’euros par an dans les droits sportifs, se donne pour sa part entre trois et quatre ans pour rentabiliser son bouquet de chaînes RMC Sport.

Les cinq chaînes seront commercialisées auprès de ses abonnés, en OTT sur internet et à terme, s’il parvient à conclure les négociations, par d’autres opérateurs télécoms.

Gwénaëlle Barzic, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below