May 29, 2018 / 2:04 PM / 7 months ago

Wall Street baisse, rattrapée par le risque italien

PARIS (Reuters) - La Bourse de New York a ouvert en territoire négatif mardi après un long week-end, dans la foulée des places boursières européennes chahutées par le risque politique italien.

La Bourse de New York a ouvert en territoire négatif mardi après un long week-end. Dans les premiers échanges, l'indice Dow Jones perd 205,92 points, soit un repli de 0,83%, à 24.547,17 points. /Photo prise le 2 avril 2018/REUTERS/Shannon Stapleton

Dans les premiers échanges, l’indice Dow Jones perd 205,92 points, soit un repli de 0,83%, à 24.547,17 points.

Le Standard & Poor’s 500, plus large, recule de 0,71% à 2.702,03 points, retombant sous sa moyenne mobile à 100 jours.

De son côté, le Nasdaq Composite cède 0,31% à 7.410,80 points.

Alors que Wall Street était fermée lundi pour le Memorial Day, les places boursières en Europe ont été rattrapées par la crise politique en Italie, qui s’est aggravée après l’abandon du M5S et de la Ligue de leur tentative de former un gouvernement de coalition, un renoncement qui pourrait conduire à de nouvelles élections législatives dans quelques mois.

Les investisseurs redoutent que le scrutin qui s’annonce ne se transforme en référendum sur l’appartenance de l’Italie, troisième économie de la zone euro, à l’union monétaire.

La Bourse de Milan chute de 2,13%, portant à plus de 13% son repli en deux semaines, et les taux italiens s’envolent à des plus hauts de cinq ans.

Le Stoxx 600 lâche 1,17% et le CAC 40 abandonne 1,04%.

LE RENDEMENT DES TREASURIES À 10 ANS SOUS 2,9%

La tension est aussi palpable sur les rendements des obligations de l’Espagne et du Portugal, d’autant que le gouvernement espagnol est lui aussi confronté à une crise politique après une affaire de corruption impliquant le Parti populaire du président du gouvernement, Mariano Rajoy, désormais menacé de censure.

Le taux à deux ans des obligations souveraines espagnoles a pris jusqu’à 190 points de base, repassant en territoire positif pour la première fois depuis la fin 2016.

Dans ce contexte d’aversion au risque et de volatilité, les actifs considérés comme refuge sont logiquement recherchés.

C’est notamment le cas des Treasuries à 10 ans, dont le rendement retombe à 2,8731%, au plus bas depuis la mi-avril.

Dans la foulée, les valeurs financières américaines souffrent: American Express, Bank of America, JPMorgan and Goldman Sachs perdent entre 1,5% et 2%.

L’indice S&P du compartiment financier recule de 1,7%.

“Une crise de confiance dans l’euro semble presque inévitable, ce qui renforce le dollar et fait baisser les rendements”, indique Peter Cardillo, économiste chez Spartan Capital Securities.

Le billet vert gagne 0,51% face à un panier de devises de référence, à un plus haut depuis novembre.

Parallèlement, l’euro retombe à 1,1576 dollar, au plus bas depuis juillet dernier.

Édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below