May 22, 2018 / 4:24 PM / 3 months ago

Les actions européennes en hausse, le dollar se replie

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont fini dans le vert mardi, portées entre autres par les valeurs bancaires, automobiles et de télécommunications à la faveur d’un regain d’appétit pour le risque favorisé par des espoirs d’avancées dans les discussions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

Les principales Bourses européennes ont fini dans le vert mardi, portées entre autres par les valeurs bancaires, automobiles et de télécommunications. À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,05%. A Londres, le FTSE 100 a gagné 0,23% et à Francfort, le Dax a progressé de 0,71%. /Photo prise le 21 mars 2018/REUTERS/Tilman Blasshofer

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,05% (2,59 points) à 5.640,10 points. A Londres, le FTSE 100 a gagné 0,23% et à Francfort, le Dax a progressé de 0,71%. L’indice EuroStoxx 50 a pris 0,41%, le FTSEurofirst 300 0,46% et le Stoxx 600 0,27%.

Même Milan a gagné du terrain en dépit des incertitudes politiques, prenant 0,54% après un recul de près de 6% en dix séances.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait sur une note prudente, le Dow Jones cédant 0,12% tandis que le Standard & Poor’s 500 gagnait 0,13% et le Nasdaq Composite 0,06%.

Le Dow est passé dans le rouge après l’annonce de sanctions américaines contre cinq Iraniens soupçonnés d’avoir aidé les rebelles Houthis au Yemen.

La nouvelle a tempéré le climat général dominé par un regain de confiance après les dernières informations en date sur l’évolution des discussions commerciales entre Washington et Pékin: les deux parties sont proches d’un compromis qui permettrait de lever l’interdiction faite aux entreprises américaines de fournir le géant chinois des équipements de télécommunications ZTE, a-t-on appris mardi de plusieurs sources.

Parallèlement, les autorités chinoises ont annoncé une diminution des droits à l’importation sur les automobiles et les pièces détachées.

ILIAD, BOUYGUES ET ORANGE EN FORTE HAUSSE

Le compartiment automobile figure ainsi parmi les plus fortes hausses à New York comme en Europe.

L’indice sectoriel Stoxx européen a progressé de 0,89% sur la séance, BMW de 2,55%, Volkswagen de 2,02%.

Le secteur bancaire (+1,32%) a quant à lui profité du retour de l’appétit pour le risque pour effacer ses pertes des deux séances précédentes.

Mais la plus forte hausse sectorielle revient aux télécoms avec un gain de 1,41%, dû pour une bonne part aux opérateurs français après les déclarations du président de l’Arcep, leur autorité de tutelle, désormais plus favorable à une éventuelle consolidation.

Bouygues a gagné 4,54%, Orange 4,06% et Iliad (Free) 7,28%.

Altice, propriétaire de SFR, affiche en clôture un bond de 19,21% mais celui-ci s’explique surtout par un ajustement de la valeur du titre avec la scission d’Altice USA.

A Francfort, le sidérurgiste ThyssenKrupp a pris 9,55% avec l’évocation de l’entrée au capital du fonds activiste Elliott.

A la baisse, l’opérateur britannique de satellites Inmarsat a chuté de 7,08%, la plus forte baisse du Stoxx 600, son monopole sur le système mondial de détresse et de sécurité en mer (SMDSM) étant menacé par l’autorisation obtenue par Iridium pour proposer une offre concurrente.

Toujours à Londres, Marks & Spencer a cédé 2,86% à la veille de ses résultats annuels après l’annonce de la fermeture de 100 magasins au Royaume-Uni.

LE BRENT DE NOUVEAU À PLUS DE 80 DOLLARS

Sur le marché des changes, le dollar abandonne 0,15% face à un panier de devises de référence, conséquence de prises de bénéfice logiques après six séances consécutives de hausse qui ont porté la devise américaine au plus haut depuis la mi-décembre.

Ce mouvement est favorisé par le léger repli des rendements des Treasuries, le dix ans étant revenu non loin de 3,07% contre plus de 3,12% vendredi.

L’attention des cambistes se tourne désormais vers la Réserve fédérale à Washington, qui publiera mercredi à 18h00 GMT le compte rendu de sa dernière réunion de politique monétaire.

L’euro, lui, ne profite pas du repli du billet vert, contre lequel il cède au contraire 0,07% à 1,1782 dollar.

La monnaie unique souffre entre autres des doutes persistants sur la situation politique italienne, dans l’attente de la décision du président Sergio Mattarella sur la nomination du juriste Giuseppe Conte à la tête d’un gouvernement alliant le Mouvement 5 étoiles (M5S) et la Ligue.

Le rendement de la dette italienne à dix ans a fini la journée en légère hausse, à 2,316%, sans toutefois retrouver son plus haut de lundi à plus de 2,41%. Quant à l’écart de rendement avec le Bund allemand à dix ans, il a légèrement décru à 176 points de base contre plus de 187 points en début de journée.

“Le spread italien s’est creusé de 60 points de base depuis la fin avril - souligne dans une note Isabelle Vic-Philippe, responsable taux et inflation chez Amundi - mais pour les investisseurs de long terme, cela ne semble pas suffisant au regard des incertitudes sur la mise en oeuvre des mesures annoncées par la coalition et sur leur financement.”

Sur le marché pétrolier, le Brent gagne plus de 1% et a repassé les 80 dollars le baril, la crainte d’une baisse des exportations vénézuéliennes liée aux sanctions américaines après la réélection du président Nicolas Maduro s’ajoutant aux tensions liées à l’Iran.

Édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below