April 4, 2018 / 11:40 AM / 8 months ago

PSA va augmenter sa production de fourgons en Grande-Bretagne

LUTON/PARIS (Reuters) - PSA a annoncé mercredi son intention d’augmenter de 40% environ la production de l’usine Vauxhall de Luton, en Angleterre, pour la porter à 100.000 véhicules par an à compter de 2019, témoignant de sa confiance dans l’avenir de sa nouvelle marque britannique à un an du Brexit.

Carlos Tavares (à droite en photo), président du directoire de PSA, a indiqué mercredi que les autres coopérations du groupe dans les utilitaires légers, avec Renault et Fiat, restaient quant à elles inchangées. /Photo prise le 4 avril 2018/REUTERS/Toby Melville

Le constructeur automobile français, qui a finalisé l’an dernier le rachat des marques européennes déficitaires de General Motors, Opel et Vauxhall, a ajouté que les discussions pour améliorer la flexibilité du travail sur le site britannique avaient rendu cette décision possible.

Il augmente au passage la pression sur les syndicats allemands d’Opel pour qu’ils signent à leur tour un accord de compétitivité.

“Le projet d’accord de performance négocié entre le syndicat Unite et le site de Luton, associé au savoir-faire reconnu du site (...) ont été déterminants dans la décision d’investissement”, a déclaré PSA dans un communiqué.

“La plate-forme EMP2 adaptée aux VUL sera opérationnelle d’ici mi 2019, accélérant la convergence autour des technologies du groupe PSA.”

Le groupe basculera ainsi le fourgon Vivaro d’Opel/Vauxhall sur sa propre architecture, alors que celui-ci est actuellement basé sur le Renault Trafic.

L’investissement d’environ 100 millions d’euros permettra également à PSA de démarrer sur le sol britannique la production du Peugeot Expert et du Citroën Jumpy, modèles de la taille du Vivaro, a ajouté le groupe, confirmant des informations de Bloomberg et Reuters.

ASSURANCES POST-BREXIT

Seul site d’assemblage de véhicules utilitaires de Grande-Bretagne, l’usine de Luton viendra ainsi compléter la production française des fourgons Peugeot et Citroën à Sevelnord (Nord).

PSA entend ainsi faire face à la hausse de la demande pour les utilitaires - les ventes du groupe ont grimpé de 15% l’a dernier - ainsi que pour leurs versions de navettes passagers modernisées tout récemment.

PSA a également souligné que le soutien du gouvernement britannique et des autorités locales avaient permis de lancer le projet malgré les incertitudes liées au Brexit.

“J’ai intégré les assurances que le gouvernement britannique nous a apportées sur la recherche de relations commerciales futures sans droits de douane et sans friction avec l’Union européenne”, a déclaré le président du directoire de PSA Carlos Tavares, qui s’est rendu à Luton pour ces annonces.

“Il y a encore du travail à faire pour assurer des échanges commerciaux sans friction.”

Le site de Luton, qui emploie environ 1.400 personnes, devrait gagner entre 350 et 400 emplois, a précisé le syndicat britannique Unite.

L’autre usine britannique du groupe, située à Ellesmere Port et qui produit l’Astra Sports, verra son avenir décidé vers 2020.

PSA veut accélérer la transition des modèles Opel et Vauxhall sur sa technologie afin de s’assurer des synergies et se conformer aux prochains objectifs européens d’émissions de CO2, que l’ancienne technologie GM ne permet pas d’atteindre.

Carlos Tavares a précisé au cours d’une téléconférence que les autres coopérations du groupe dans les utilitaires légers, avec Renault et Fiat dans les grands fourgons, restaient quant à elles inchangées.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below