April 3, 2018 / 11:15 AM / 7 months ago

Les actions débutent le 2e trimestre dans le rouge, les tensions persistent

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes sont en repli mardi à mi-séance, les actions restant handicapées par les difficultés qui plombent plusieurs géants des hautes technologies à Wall Street ainsi que par la persistance des tensions commerciales.

Les Bourses européennes sont en repli mardi à mi-séance, les actions restant handicapées par les difficultés qui plombent plusieurs géants des hautes technologies à Wall Street ainsi que par la persistance des tensions commerciales. Le CAC 40 à Paris perd 0,39% vers 10h40 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,87% et à Londres, le FTSE 100 recule de 0,21%. December 29, 2017. /Photo d'archives/REUTERS/Toby Melville

Wall Street est attendue dans le vert à l’ouverture mais les principaux indices américains ne devraient effacer qu’une petite partie de leurs pertes de lundi, qui ont fait repasser le Standard & Poor’s 500 sous sa moyenne mobile à 200 jours, un important seuil technique, pour la première fois depuis le référendum britannique de juin 2016 sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Après quatre jours de fermeture pour le week-end pascal, le CAC 40 à Paris perd 0,39% à 5.147,00 points vers 10h40 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,87% et à Londres, le FTSE 100 recule de 0,21%. L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en baisse de 0,5%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,5% et le Stoxx 600 de 0,53%.

Ce dernier accuse désormais un repli de plus de 8,2% par rapport à son pic de janvier, tandis que pour le S&P 500, la baisse par rapport au plus haut atteint 10,15%.

Les “futures” à Wall Street préfigurent un rebond de 0,4% à 0,6% alors que lundi, le Dow Jones a cédé 1,9%, le S&P 500 2,23% (sa sixième baisse en huit séances) et le Nasdaq Composite 2,74%.

Tous trois ont souffert entre autres de la chute de 5,2% d’Amazon après de nouvelles attaques de Donald Trump à son encontre sur Twitter et de celle de 6,1% d’Intel après des informations sur la volonté d’Apple de produire ses propres processeurs pour ses ordinateurs Mac.

En Europe, l’indice Stoxx des hautes technologies cède 1,02%; STMicroelectronics abandonne 2,78% et Infineon 1,84%, Dialog Semiconductor 2,8%.

LES TENSIONS COMMERCIALES TOUJOURS PRÉSENTES

L’aversion au risque est toutefois loin de se limiter aux valeurs technologiques: la plus forte baisse sectorielle est pour les industrielles, dont l’indice de référence européen perd 1,11%. Un repli qui intervient après la publication d’indices PMI manufacturiers en baisse bien qu’à un niveau toujours élevé, et au lendemain de la mise en place par la Chine de mesures de représailles contre les droits de douane américains touchant une partie de ses exportations.

Selon la télévision publique chinoise, les autorités chinoises sont prêtes à riposter à toute nouvelle offensive américaine sur le terrain commercial.

La perspective de voir perdurer les tensions commerciales et les difficultés du secteur technologique contribuent à la hausse de la volatilité (l’indice de volatilité implicite de l’EuroStoxx bondit de 9,34%) même si elle ne suffit pas à remettre en cause les scénarios optimistes de nombreux investisseurs.

“La phase de consolidation peut très bien se poursuivre lors des prochaines semaines, les sujets de stress ne manquent pas, comme on l’a vu”, résume ainsi Jean-Marie Mercadal, directeur général délégué en charge des gestions chez Ofi AM, qui privilégie néanmoins “un scénario de consolidation qui peut ‘secouer’ mais qui offrira des opportunités”.

De son côté, JPMorgan dit tabler sur une stabilisation prochaine des marchés actions en soulignant que les résultats financiers devraient leur assurer un soutien.

“Les niveaux d’activité au premier trimestre restent supérieurs à ceux du quatrième alors que les consensus de bénéfice par action (avant impôt) pour le premier trimestre sont bien plus contenus qu’ils ne l’étaient au quatrième trimestre”, explique Mislav Matejka, stratège de la banque américaine.

LE DOLLAR BAISSE

Sur le marché des changes, les tensions ambiantes pèsent une nouvelle fois sur le dollar, qui repart à la baisse face aux autres grandes devises. L’euro remonte ainsi à plus de 1,2310 dollar.

Les rendements des emprunts d’Etat de la zone euro, eux, profitent des indices PMI, les investisseurs obligataires y voyant surtout la confirmation d’une tendance soutenue. Le dix ans allemand est ainsi repassé au-dessus de 0,5%, alors qu’il avait touché la semaine dernière un plus bas de deux mois et demi à 0,473%.

Le dix ans américain reprend lui aussi un peu de terrain, à plus de 2,755% contre un plus bas à 2,717% lundi.

Les cours du pétrole sont eux aussi repartis à la hausse, autour de 68 dollars le baril pour le Brent et 63,30 dollars pour le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI), avant les chiffres hebdomadaires de l’American Petroleum Institute (API); le consensus Reuters prédit une nouvelle hausse des réserves de brut aux Etats-Unis.

Ce rebond de l’or noir profite aux valeurs du secteur comme Total (+1,68%), plus forte hausse du CAC. Le Stoxx du pétrole et du gaz prend quant à lui 0,73%.

A l’autre extrémité du classement, Sodexo (-5,35%, plus forte basise du CAC comme du SBF 120) porte à près de 20% sa chute en deux séances après son avertissement sur résultats, qui a conduit plusieurs analystes à revoir à la baisse leur opinion sur la valeur.

Édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below