March 7, 2018 / 1:25 PM / 9 months ago

Neoen envisage une entrée en Bourse d'ici à la fin 2018

La centrale photovoltaïque Neoen à Cestas. Le producteur indépendant d'énergies renouvelables Neoen envisage une mise en Bourse d'ici à la fin 2018 qui pourrait valoriser l'entreprise à 1,0 milliard d'euros, a déclaré à Reuters une source proche du dossier. /Photo d'archives/REUTERS/Regis Duvignau

PARIS (Reuters) - Le producteur indépendant d’énergies renouvelables Neoen envisage une introduction en Bourse d’ici à la fin 2018 qui pourrait valoriser l’entreprise à environ 1,0 milliard d’euros, a déclaré à Reuters une source proche du dossier.

Créée en 2008, Neoen est actuellement contrôlée à 56% par Impala, holding de l’homme d’affaires français Jacques Veyrat, les autres grands actionnaires étant le fonds Omnes Capital (24%) et bpiFrance (14%).

L’opération permettra à Omnes Capital de sortir complètement du capital, tandis qu’Impala devrait rester majoritaire, a précisé la même source.

En septembre 2016, le PDG de Neoen, Xavier Barbaro, avait déclaré à Reuters envisager une introduction en Bourse ou l’entrée dans son capital d’un actionnaire minoritaire pour financer le développement de ses capacités de production.

Présente dans le solaire, l’éolien et la biomasse, l’entreprise revendique la place de premier producteur indépendant d’énergies renouvelables en France. Elle compte au total 1.525 mégawatts (MW) de puissance installée ou en construction à travers le monde et vise un niveau de 3.000 à 4.000 MW en 2020.

Selon la source interrogée par Reuters, Neoen a choisi Natixis et JPMorgan comme chefs de file de son introduction en Bourse, avec le soutien de Société générale et de Barclays.

Neoen, qui a investi un milliard d’euros dans les énergies renouvelables depuis sa création, connaît une croissance rapide en France, en Australie et en Amérique latine, en particulier au Mexique et en Argentine.

Plusieurs acteurs français indépendants sont passés ces dernières années sous le contrôle de poids lourds du secteur, notamment Solairedirect, racheté par Engie en 2016 pour 430 millions d’euros, et Quadran, repris l’an dernier par Direct Energie pour un montant de 303 millions assorti d’un complément de prix de 113 millions.

Geert de Clercq, Pascale Denis et Benjamin Mallet pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below