March 6, 2018 / 6:18 PM / 3 months ago

L'absence d'accord sur le Brexit retarderait la vente d'Aston Martin

par Laurence Frost et Costas Pitas

La fenêtre de tir d'Aston Martin pour réaliser une cession ou une introduction en Bourse (IPO) pourrait se refermer pour au moins un an de plus si aucun accord n'est conclu entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne sur la période de transition post-Brexit. /Photo prise le 6 mars 2018/REUTERS/Denis Balibouse

GENEVE (Reuters) - La fenêtre de tir d’Aston Martin pour réaliser une cession ou une introduction en Bourse (IPO) pourrait se refermer pour au moins un an de plus si aucun accord n’est conclu entre la Grande-Bretagne et l’Union européenne sur la période de transition post-Brexit, a déclaré à Reuters le directeur général du constructeur britannique de voitures de sport.

Le groupe, qui compte bientôt élargir sa gamme avec des SUV et des véhicules électriques, envisage une IPO ou une vente à un autre groupe industriel, les fonds qui le possèdent souhaitant sortir du capital.

Mais le Brexit a ajouté une dose d’incertitude, a dit le directeur général d’Aston Martin, Andy Palmer, alors que la Première ministre britannique, Theresa May, se prépare à un sommet les 22 et 23 mars au cours duquel les dirigeants de l’Union européenne doivent fixer les termes de la transition après la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE en mars 2019.

“Lorsque vous procédez à une vente ou une IPO quelle qu’elle soit, ce que vous recherchez c’est la stabilité de marché”, a dit Andy Palmer dans une interview accordée mardi pendant les journées presse du salon de l’auto de Genève.

“Si vous avez un accord de transition, d’une certaine façon vous repoussez le problème de deux ans”, a-t-il dit. Sinon, a-t-il ajouté, “vous devez attendre jusqu’à ce que le Brexit ait lieu pour voir quel genre d’impact il a eu.”

Mais a-t-il dit, “nous croyons d’après ce que nous entendons des politiciens qu’une phase de transition est assez probable.”

Les propriétaires d’Aston Martin - le fonds italien Investindustrial et un consortium d’investisseurs koweïtiens - ont engagé la banque Lazard pour préparer une IPO ou une cession, qui le valoriserait entre deux et trois milliards de livres (2,24 à 3,36 milliards d’euros), ont rapporté des sources mi-décembre.

Depuis, le constructeur préféré de James Bond a publié son premier bénéfice annuel depuis 2010, à la faveur d’un chiffre d’affaires à son plus haut niveau depuis neuf ans.

“Je pourrais vous présenter d’autres sources qui parlent de cinq à six milliards de livres (de valorisation)”, a dit Andy Palmer.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below