February 28, 2018 / 6:10 PM / 9 months ago

L'Europe digère les propos de Powell et finit à nouveau en baisse

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont clôturé la séance en baisse mercredi, toujours fragilisées par les perspectives d’une accélération du rythme du resserrement monétaire imprimé par la Réserve fédérale à la suite des déclarations faites la veille par son président Jerome Powell.

Les Bourses européennes ont clôturé la séance en baisse mercredi. À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,44% à 5.320,49 points. Le Footsie britannique a perdu 0,69% et le Dax allemand a abandonné 0,44%. /Photo prise le 6 février 2018/REUTERS/Ralph Orlowski

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,44% à 5.320,49 points. Le Footsie britannique a perdu 0,69% et le Dax allemand a abandonné 0,44%.

L’indice EuroStoxx 50 a cédé 0,55%, le FTSEurofirst 300 0,72% et le Stoxx 600 0,71%.

Les indices américains évoluent en ordre dispersé à l’heure de la clôture européenne. Le S&P-500 prend 0,02%, le Dow Jones laisse -0,17% et le Nasdaq gagne 0,08%

L’audition de Jerome Powell par la commission des Services financiers de la Chambre des Représentants a ravivé le sentiment d’aversion au risque mardi lorsque le successeur de Janet Yellen a souligné que l’économie américaine s’était renforcée ces dernières années, poussant les marchés à revoir à la hausse la probabilité d’avoir non pas trois mais quatre hausses des taux cette année.

La réaction initialement négative de Wall Street à cette première intervention publique de Powell pourrait être sans lendemain, estiment analystes et gérants qui soulignent sa connaissance des marchés et son souci de s’inscrire dans la continuité de la politique mise en oeuvre depuis deux ans.

Parmi les indicateurs du jour, l’inflation en zone euro est retombée en février à son rythme le plus faible depuis 14 mois, une donnée qui tend à justifier la prudence de la Banque centrale européenne (BCE) quant au retrait de ses mesures de soutien malgré la vigueur de la croissance.

Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à 10 ans repart à la baisse et cède près de 3 points de base sous la barre de 2,88%.

Le dollar gagne 0,2% face à un panier de devises de référence, amplifiant sa hausse de la veille, après avoir touché un plus haut de cinq semaines. L’euro abandonne -0,16% autour de 1,22, son plus bas niveau depuis la mi-janvier.

La livre sterling, au plus bas depuis deux semaines face au billet vert, souffre des tractations sur le Brexit après que Michel Barnier, le négociateur en chef de l’Union européenne (UE), a présenté à Bruxelles une ébauche juridique de l’accord de retrait du Royaume-Uni de l’UE, que Londres a aussitôt rejetée.

“Le sterling réagit aux commentaires de Barnier qui indiquent que les négociations pourraient être compliquées et fastidieuses. Si elle chute beaucoup, nous passerons acheteurs sur la livre”, fait valoir Morten Helt, chargé de la stratégie chez Danske Bank.

DIALOG PREND PLUS DE 6% APRES SES RÉSULTATS

Aux valeurs, Bayer a lâché 1,91% à la suite d’un repli de son résultat brut d’exploitation trimestriel, affecté par des rabais accordés aux distributeurs sur les produits phytosanitaires au Brésil et par la faiblesse de la monnaie de ce pays. Le titre n’a pas profité des informations de Reuters selon lesquelles la Commission européenne s’apprête à approuver sous condition le rachat de Monsanto.

A Paris, le titre BioMérieux a chuté de 10,35% après la publication de ses résultats annuels et la présentation de prévisions 2018 inférieures aux attentes du marché.

Solvay a perdu 3,54%; le groupe chimique belge prévoit un ralentissement de sa croissance cette année, avec une baisse de la rentabilité de ses activités de chimie traditionnelle.

A la hausse, le fabricant de semi-conducteurs Dialog Semiconductor a bondi de 6,57% après l’annonce de bons résultats du quatrième trimestre, avec un chiffre d’affaires record.

Le compartiment technologique en Europe est le seul en hausse mais son gain n’est qu’un très maigre 0,01%.

SES a gagné 4,91% grâce aux déclarations du président de la FCC, l’autorité des communications aux Etats-Unis, en faveur de l’utilisation d’un certain type de fréquences pour les communications terrestres en 5G. “SES et Intelsat détiennent à eux deux 90% de ces fréquences aux Etats-Unis. La part de marché d’Eutelsat est marginale et grimpe dans le sillage de ses concurrents”, souligne un analyste chez Berenberg.

Eutelsat a fini sur un gain 3,5%.

Sur le marché pétrolier, les cours sont en baisse après que l’Administration américaine d’information sur l’énergie (EIA) a annoncé que les stocks de pétrole brut ont augmenté plus fortement que prévu la semaine dernière aux Etats-Unis. Le baril de Brent perd 1,2% et le brut léger américain cède 1,17%.

Avec Saikat Chatterjee and Tommy Wilkes, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below