February 16, 2018 / 10:09 PM / 7 months ago

Préjudice d'anxiété reconnu pour les salariés de Baccarat

STRASBOURG (Reuters) - La cour d’appel de Nancy a reconnu vendredi le préjudice d’anxiété subi par 32 salariés de la cristallerie Baccarat en raison de leur exposition à des poussières d’amiante dans les années 1970 et 1980, a-t-on appris auprès du secrétaire du comité d’entreprise et représentant de la CGT Daniel Rogue.

La cour d'appel de Nancy a reconnu vendredi le préjudice d'anxiété subi par 32 salariés de la cristallerie Baccarat en raison de leur exposition à des poussières d'amiante dans les années 1970 et 1980, a-t-on appris auprès du secrétaire du comité d'entreprise et représentant de la CGT Daniel Rogue. /Photo d'archives/REUTERS/Vincent Kessler

Chacun d’entre eux se voit octroyer 10.000 euros en réparation du dommage que constitue la crainte de développer une maladie délétère due à cette fibre interdite en 1997.

Les trente-deux salariés de l’entreprise de Meurthe-et-Moselle avaient été déboutés en première instance, en mars 2016, par le conseil des prud’hommes, comme 270 de leurs collègues dont le cas devrait être examiné ultérieurement par la cour d’appel.

La cristallerie de Baccarat, créée il y a 250 ans dans la ville du même nom, a été rachetée à l’automne dernier par la société d’investissement chinoise Fortune Fountain Capital (FFC).

Gilbert Reilhac, édité par Julie Carriat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below