February 14, 2018 / 5:25 PM / 3 months ago

Les actions grimpent malgré la hausse de l'inflation US

par Patrick Vignal

Les Bourses européennes ont terminé mercredi dans le vert. À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 1,10%. Le Footsie britannique a pris 0,64% et le Dax allemand 1,17%. /Photo d'archives/REUTERS/Ralph Orlowski

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé mercredi dans le vert malgré l’annonce d’une inflation américaine supérieure aux attentes le mois dernier, accueillie avec modération par Wall Street.

L’indice des prix “core”, soit hors éléments volatils, a progressé de 0,3% d’un mois sur l’autre en janvier et de 1,8% sur un an, alors que les économistes attendaient respectivement des progressions de 0,2% et 1,7%.

La publication de ces chiffres, une heure avant l’ouverture à New York, simultanémént à l’annonce d’une baisse des ventes de détail aux Etats-Unis, a entraîné dans un premier temps la hausse du dollar et a fait grimper durablement les rendements des emprunts d’Etat des deux côtés de l’Atlantique.

Les contrats à terme sur les indices de Wall Street ont reculé de plus de 1% et les Bourses européennes sont passées dans le rouge mais la réaction négative a été de courte durée, du moins sur les marchés d’actions.

“La réaction initiale des marchés à été de considérer que les chiffres de l’inflation renforçaient le scénario de quatre hausses de taux par la Réserve fédérale cette année”, explique l’analyste David Madden (CMC Markets). “En digérant la statistique, les traders en ont conclu que l’inflation ne faisait que se maintenir, et comme les chiffres des ventes de détail montraient un net recul, ils en ont conclu que les chiffres dans leur ensemble n’étaient pas si bons”.

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 1,10% à 5.165,26 points. Le Footsie britannique a pris 0,64% et le Dax allemand 1,17%.

L’indice EuroStoxx 50 a progressé de 0,87%, le FTSEurofirst 300 de 1,13% et le Stoxx 600 de 1,07%.

LA CROISSANCE DE LA ZONE EURO RESTE SOLIDE

Les chiffres de l’inflation américaine en janvier étaient pourtant perçus comme une échéance clé pour des marchés devenus hypersensibles ces dernières semaines au risque de remontée des taux d’intérêt.

Avant leur publication, la matinée en Europe avait été rythmée par des chiffres de croissance: le produit intérieur brut (PIB) a progressé de 2,9% sur un an en Allemagne et de 2,7% dans l’ensemble de la zone euro au quatrième trimestre de l’an dernier, ce qui confirme la solidité de la reprise dans l’union monétaire.

Si les chiffres de l’inflation aux Etats-Unis ont peu perturbé les Bourses, avec une volatilité en net recul à Wall Street comme en Europe, ils se font sentir en revanche sur le marché obligataire, où le rendement des emprunts d’Etat américains à dix ans prend près de cinq points de base pour se rapprocher du pic de quatre ans à 2,902% touché lundi.

Les rendements européens suivent le mouvement, le dix ans allemand dépassant 0,75% et le français 1%.

Le dollar efface ses gains, reculant de 0,17% face à un panier de référence dont l’euro, qui s’apprécie légèrement, autour de 1,236 dollar.

Sur les marchés actions européens, tous les secteurs ont fini en hausse, à commencer par les ressources de base (+2,17%), favorisées par la petite forme du dollar et la hausse des cours des métaux industriels, notamment le cuivre (+2%).

REXEL BRILLE, CRÉDIT AGRICOLE SOUFFRE

Parmi les plus fortes hausses du Stoxx 600, Rexel a gagné 6,22% après ses résultats annuels, marqués par le retour à la croissance organique, et la confiance affichée par le groupe pour 2018.

L’un des plus nets replis de l’indice large européen (-2,83%) est pour Crédit agricole dont les résultats du quatrième trimestre ont pâti de charges fiscales exceptionnelles, d’un environnement de taux bas et de renégociations de crédits.

La progression la plus spectaculaire à Paris est pour la biotech DBV Technologies, qui a bondi de 27,48% après avoir reçu le feu vert pour demander l’homologation aux Etats-Unis du Viaskin Peanut, son traitement de l’allergie à l’arachide.

Ailleurs en Europe, H&M a perdu plus de 4% après avoir averti que ses ventes à magasins constants continueraient de reculer cette année.

A l’heure de la clôture des places européennes, le Dow Jones et le Standard & Poor’s 500 se cherchent une tendance, le Nasdaq composite évoluant pour sa part nettement dans le vert.

Édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below