4 octobre 2017 / 15:08 / dans 13 jours

Theresa May tente de reprendre la main sur le Parti conservateur

Fragilisée politiquement depuis les législatives et contestée au sein de son camp, la Première ministre britannique Theresa May a tenté de réaffirmer son autorité, mercredi, à la faveur d'un discours prononcé lors du congrès du Parti conservateur à Manchester. /Photo prise le 4 octobre 2017/REUTERS/Hannah McKay

MANCHESTER (Reuters) - Fragilisée politiquement depuis les législatives et contestée au sein de son camp, la Première ministre britannique Theresa May a tenté de réaffirmer son autorité, mercredi, à la faveur d‘un discours prononcé lors du congrès du Parti conservateur à Manchester.

La chef du gouvernement, dont la stratégie a été louée mardi par son ministre des Affaires étrangères Boris Johnson, s‘est attachée à démontrer qu‘elle était capable de diriger la Grande-Bretagne et d‘offrir au pays un Brexit avantageux.

Malgré les propos louangeurs de Boris Johnson devant les délégués conservateurs, Theresa May sait qu‘elle ne dispose pas d‘une équipe unie et solide depuis le début des négociations avec les Européens et surtout depuis le revers des élections législatives de juin. Les Tories ont perdu leur majorité absolue à la Chambre des communes.

La journée de mercredi a été marquée par de nouvelles déclarations de l‘imprévisible secrétaire au Foreign Office qui a estimé que la Libye pourrait devenir un nouveau Dubaï si elle pouvait “se débarrasser des cadavres” de combattants. De nouveau, des voix se sont élevées pour demander son limogeage.

Le discours de la Première ministre a été perturbé par une quinte de toux et par un manifestant qui s‘en était déjà pris à Donald Trump et à l‘ancien président de la Fifa, Sepp Blatter.

L‘individu, Simon Brodkin, un comédien de 45 ans, a remis à Theresa May un formulaire de lettre de licenciement avant d‘affirmer que ce coup d‘éclat lui avait été suggéré par Boris Johnson.

Theresa May a été contrainte d‘interrompre brièvement son discours avant d‘être applaudie par l‘assistance.

“C‘est le conservatisme auquel je crois, un conservatisme d‘équité, de justice et d‘opportunité pour tous, un conservatisme qui entretient le rêve britannique pour la nouvelle génération”, a-t-elle déclaré. “C‘est pour cela que je me suis engagée. C‘est pour cela que nous nous sommes engagés”, a-t-elle ajouté.

SOUTIEN INATTENDU

La quinte de toux et l‘intervention du manifestant ont, en fait, servi les intérêts de l‘oratrice et donné à son discours un relief dont il manquait cruellement, lui assurant le soutien de l‘assistance.

Après le congrès réussi par les Travaillistes à Brighton, celui des conservateurs à Manchester montre un parti qui semble manquer d‘enthousiasme et de confiance en soi.

Theresa May entend réaffirmer son attachement au capitalisme, colonne vertébrale de sa politique, à la liberté des marchés et à une fiscalité prudente. Mais elle doit également convaincre les jeunes électeurs qui sont séduits par le discours de Jeremy Corbyn.

Le leader du Labour a promis une renationalisation des chemins de fer alors que les prix des transports s‘envolent et une suppression des droits d‘inscription universitaires qui obligent les étudiants à s‘endetter.

Un responsable conservateur a reconnu que son parti “avait besoin d‘idées” nouvelles et d‘une direction capable de reprendre l‘avantage sur les travaillistes dans le débat politique.

Longtemps à la peine dans les enquêtes d‘opinion, le Labour fait désormais presque jeu égal avec le Parti conservateur dans les sondages.

Pierre Sérisier pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below