3 octobre 2017 / 08:48 / dans 16 jours

Les actions bien orientées, confiance sur la conjoncture

Les Bourses européennes ont ouvert sans grand changement mardi. Vers 08h15 GMT, le CAC 40 avance de 0,17%, la Bourse de Londres perd 0,04% tandis que la Bourse de Madrid se reprend (+0,11%) au lendemain d'une baisse de 1,44%. La Bourse de Francfort est fermée en raison d'un jour férié. /Photo d'archives/REUTERS/Juan Medina

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert sans grand changement mardi à l‘ouverture, mais restent sur des plus hauts de quatre mois, dans un contexte de marché globalement positif alors que les investisseurs portent leur attention sur l‘amélioration de la conjoncture économique plutôt que sur les risques politiques.

À Paris, l‘indice CAC 40 avance de 0,17% à 5.359,48 points vers 08h15 GMT, au plus haut depuis début juin. La Bourse de Francfort est fermée en raison d‘un jour férié.

Les indices paneuropéens EuroStoxx 50, FTSEurofirst 300 et Stoxx 600 sont quasiment inchangés mais évoluent à leurs niveaux de la fin juin.

La Bourse de Madrid se reprend (+0,11%) au lendemain d‘une baisse de 1,44%, sa plus forte en une séance depuis le 11 août dernier, après le référendum catalan.

En Asie, la Bourse de Tokyo a clôturé à un plus haut de plus de deux ans alors que Wall Street a entamé le quatrième trimestre sur des niveaux records. L‘indice MSCI World a également touché mardi un nouveau plus haut historique.

“Les marchés ignorent largement les dernières inconnues politiques”, relève Tangi le Liboux, stratège marchés chez Aurel BGC, citant les incertitudes autour du sort du Premier ministre japonais Shinzo Abe avant la tenue d‘élections législatives anticipées, la crise catalane et les inconnues autour de la réforme fiscale aux Etats-Unis.

“Dans toutes ces zones, l‘économie est forte dans l‘immédiat et c‘est ce que les marchés préfèrent retenir”, constate Tangi Le Liboux.

La Bourse de Londres reste toutefois à la traîne mardi (-0,04%), pénalisée par les replis de WPP (-2,01%) et de BAE Systems (-1,35%) après des changements de recommandation et alors que les négociations entre l‘Union européenne (UE) et le Royaume-Uni sur le Brexit demeurent difficiles.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a réaffirmé mardi devant le Parlement européen que l‘heure n‘était pas encore à l‘ouverture de discussions sur l‘avenir des relations entre Londres et Bruxelles, les négociations sur les modalités du divorce n‘ayant pas suffisamment progressé aux yeux de l‘UE.

HAUSSE DU DOLLAR ET DES RENDEMENTS OBLIGATAIRES

Sur le marché des changes, la livre sterling est stable, à 1,3275 dollar, après avoir perdu près de 3% depuis un pic touché le 20 septembre, à 1,3656.

En repli de 3% depuis un point haut atteint à 1,2092 le 8 septembre, l‘euro reprend un peu de terrain mardi (+0,1%) pour évoluer autour de 1,1740.

Le dollar progresse toutefois encore de 0,1% face à un panier de devises de référence, porté à la fois par de bons indicateurs économiques américains, des anticipations de resserrement monétaire aux Etats-Unis et les espoirs d‘une réforme fiscale majeure par l‘administration Trump.

Le renforcement du billet vert pénalise l‘or, tombé mardi à un plus bas de sept semaines. Le métal jaune souffre également du regain d‘appétit pour les actifs risqués et de la hausse des rendements obligataires.

Les taux aux Etats-Unis et en Europe restent orientés à la hausse, le rendement de l‘emprunt d‘Etat américain à 10 ans évoluant à près de 2,36% et son équivalent allemand de même échéance progressant à 0,48%.

Sur le marché pétrolier, les cours du brut se stabilisent après avoir fortement baissé lundi, pénalisés par de nouvelles craintes d‘une offre excédentaire.

Le baril de Brent de la mer du Nord se traite juste au-dessus de 56 dollars, après avoir bondi de 20% sur le troisième trimestre, un hausse qui lui avait permis de revenir au seuil des 60 dollars, au plus haut depuis juillet 2015.

De son côté, le baril de brut léger américain se maintient à plus de 50 dollars, après avoir enregistré son meilleur troisième trimestre en 13 ans.

DE MULTIPLES CHANGEMENTS DE RECOMMANDATIONS

Aux valeurs en Europe, la cote est principalement animée par des changements de recommandation. Air Liquide (+1,79%) signe ainsi la plus forte hausse du CAC 40, dopé par le relèvement du conseil de Goldman Sachs à “achat” contre “neutre”.

En tête du SBF 120, Natixis (+2,54%) et Rémy Cointreau (+1,82%) profitent respectivement du relèvement de la recommandation de Credit Suisse et de celle de Natixis.

Lanterne rouge du Stoxx 600, Ericsson (-2,62%) souffre de l‘abaissement du conseil de Credit Suisse.

Le spécialiste britannique des produits de plomberie et de chauffage Ferguson (+3,31%) se distingue après l‘annonce d‘un programme de rachats d‘actions et de résultats annuels en hausse.

De son côté, Europcar chute de 3,24% après le placement de titres d‘Eurazeo qui a cédé 10% du capital du loueur de voitures.

édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below