2 octobre 2017 / 16:32 / il y a 3 mois

Le vote catalan pèse sur les actifs espagnols, impact limité en Europe

PARIS (Reuters) - Hormis Madrid, les Bourses européennes ont clôturé en hausse lundi, et Wall Street évoluait également en territoire positif, l‘issue du référendum sur l‘autodétermination de la Catalogne ayant surtout eu un impact sur les actifs espagnols ainsi que sur l‘euro.

Hormis Madrid, les Bourses européennes ont clôturé en hausse lundi, et Wall Street évoluait également en territoire positif, l'issue du référendum sur l'autodétermination de la Catalogne ayant surtout eu un impact sur les actifs espagnols ainsi que sur l'euro. À Paris, le CAC 40 a progressé de 0,39%. Le Footsie britannique a pris 0,90% et le Dax allemand a gagné 0,58%. /Photo prise le 15 août 2017/REUTERS/Neil Hall

À Paris, le CAC 40 a progressé de 0,39% à 5.350,44 points. Le Footsie britannique a pris 0,90% et le Dax allemand a gagné 0,58%. Le FTSEurofirst 300 a avancé de 0,41% et le Stoxx 600 de 0,51%.

La progression a été plus limitée pour l‘EuroStoxx 50 de la zone euro (+0,22%), qui a été pénalisé par la chute des valeurs bancaires espagnoles.

Les banques catalanes Banco de Sabadell (-4,53%) et Caixabank (-4,5%) ont également fait chuter la Bourse de Madrid, qui a clôturé en repli de 1,44%. Il s‘agit de sa plus forte baisse en une séance depuis le 11 août dernier.

Le président de l‘exécutif catalan a réclamé lundi une médiation internationale pour sortir de la crise avec Madrid, au lendemain du référendum sur l‘indépendance de la région qui a été émaillé de violences. et

“C‘est probablement le pire résultat pour Madrid : il y a eu des violences, mais le scrutin n‘a pas été interrompu pour autant et l‘opinion publique en Catalogne est encore plus polarisée”, observe Federico Santi, analyste chez Eurasia Group à Londres. “Il est clair que les risques concernant la stabilité du gouvernement augmentent”, ajoute-t-il.

VIOLENCES AUTOUR DU RÉFÉRENDUM CATALAN

Les tensions autour du référendum catalan, déjà palpables les jours qui ont précédé la tenue de cette consultation interdite par le gouvernement espagnol, ont poussé l‘écart de rendement entre l‘obligation d‘Etat espagnole à 10 ans et le Bund allemand de même échéance jusqu‘à plus de 126 points de base, contre autour de 116 points de base vendredi, ce qui constitue son niveau le plus important depuis la mi-juin.

Sur le marché des changes, l‘euro recule de 0,6% face au dollar, à 1,1742, effaçant son rebond en fin de semaine dernière pour revenir à un point bas depuis la mi-août.

Cette faiblesse de la monnaie unique s‘accompagne d‘un renforcement général du dollar face à un panier de devises, dont la livre sterling, ce qui a permis à la Bourse de Londres de se distinguer.

Le renchérissement du billet vert s‘explique principalement par la remontée des rendements des Treasuries, dopés par les anticipations de resserrement monétaire de la Réserve fédérale et des spéculations sur la prochaine présidence de la banque centrale américaine.

Le rendement de l‘emprunt américain à 10 ans a grimpé lundi jusqu‘à 2,371% lundi, un plus haut depuis la mi-juillet, avant de revenir autour de 2,33%.

A Wall Street, les indices américains évoluent en hausse, sur des niveaux records, avant l‘intervention prévue à 18h00 GMT de Robert Kaplan, le président de la Réserve fédérale de Dallas.

CHUTE DES COURS DU BRUT

Aux valeurs en Europe, le secteur des ressources de base (+1,30%) s‘est distingué, revenant à un plus haut depuis la mi-septembre, après une solide statistique chinoise. Selon l‘indice PMI officiel paru samedi, l‘activité manufacturière en Chine au mois de septembre a crû à son rythme le plus rapide depuis 2012.

Le secteur technologique européen a grimpé de 1,32%, pour renouer avec un plus haut depuis le 9 juin.

A Paris, ArcelorMittal (+2,63%) et STMicroelectronics (+3,39%) ont signé les deux plus fortes hausses du CAC 40.

A contrario, Bic a plongé de 9,86%, la plus forte baisse du SBF 120 et du Stoxx 600, après avoir annoncé vendredi une révision à la baisse de sa prévision de chiffre d‘affaires sous le coup d‘une performance moins bonne que prévu aux Etats-Unis et d‘un ralentissement plus prononcé qu‘attendu en Amérique latine.

L‘indice Stoxx 600 des banques a perdu 0,39%, plus fort repli sectoriel en Europe devant le secteur du pétrole et gaz (-0,2%).

En Europe comme à Wall Street, le compartiment de l‘énergie a été pénalisé par la forte baisse des cours du pétrole, le baril de brut léger chutant de près de 3% pour revenir vers le seuil des 50 dollars après avoir connu son meilleur troisième trimestre en 13 ans.

Une enquête réalisée par Reuters a montré que la production pétrolière des pays de l‘Opep avait augmenté de 50.000 barils par jour en septembre.

Par ailleurs, l‘agence Fitch s‘est dit lundi sceptique sur l‘efficacité de l‘accord de réduction de la production entre l‘Opep et certains pays non membres du cartel pour rééquilibrer le marché à court terme en raison de la concurrence du pétrole de schiste américain.

édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below