27 septembre 2017 / 16:24 / dans 2 mois

Les Bourses en hausse, le dollar et les rendements montent

PARIS (Reuters) - La perspective de plus en plus nette d‘une remontée des taux d‘intérêt aux Etats-Unis, les espoirs placés dans la réforme fiscale de l‘administration Trump et des indicateurs économiques solides ont permis aux Bourses européennes d‘aller de l‘avant mercredi tout en alimentant l‘appréciation du dollar et la hausse des rendements obligataires.

Les Bourses européennes ont fini en hausse mercredi. Le CAC 40 a terminé en hausse de 0,25%, le FTSE 100 a gagné 0,38% et le Dax à Francfort 0,41%. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,25% (13,2 points) à 5.281,96 points, sa meilleure clôture depuis le 26 juin. Le FTSE 100 à Londres a gagné 0,38% et le Dax à Francfort 0,41%.

L‘indice EuroStoxx 50 a pris 0,53%, le FTSEurofirst 300 0,42% et le Stoxx 600 0,41%, atteignant son meilleur niveau de clôture depuis le 17 juillet.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait elle aussi sur une tendance positive: si le Dow Jones était quasi inchangé, le Standard & Poor’s 500 gagnait 0,1% et le Nasdaq 0,53%.

Sur le marché des changes, le dollar a atteint son plus haut niveau depuis un mois face à un panier de devises de référence, profitant, comme la veille, des déclarations de Janet Yellen sur la volonté de la Réserve fédérale de poursuivre la remontée de ses taux d‘intérêt sans attendre une accélération de l‘inflation, mais aussi de l‘imminence de la présentation par Donald Trump de son projet de réforme fiscale.

Cette dernière, préparée par la Maison blanche et le camp républicain du Congrès, pourrait entre autres ramener le taux de l‘impôt sur les sociétés de 35% à 20% et réduire le taux marginal de l‘impôt sur le revenu, selon un document que Reuters a pu consulter. Le discours de Donald Trump sur le sujet est attendu à 19h00 GMT.

Pour ce qui est de la hausse de taux, la remontée des anticipations de relèvement du taux des “fed funds” dans les prochains mois s‘est poursuivie: selon le baromètre FedWatch de CME Group, la probabilité estimée d‘une telle décision d‘ici fin décembre dépasse désormais 80%.

Conséquence de la remontée du dollar: l‘euro est repassé sous 1,1745 dollar pour la première fois depuis le 23 août.

LES VALEURS BANCAIRES EN NETTE HAUSSE

Les anticipations sur les taux nourrissent à la fois la hausse du dollar et celle des rendements des bons du Trésor américains: celui à dix ans a brièvement dépassé 2,30%, au plus haut depuis huit semaines. L‘or, logiquement, en souffre: en baisse de plus de 1%, il a touché en séance son plus bas niveau depuis un mois à 1.282,30 dollars l‘once.

Les valeurs financières en profitent, à Wall Street (le S&P des financières prend 1,04%) mais aussi en Europe, où l‘indice Stoxx des banques a progressé de 2% sur la journée, sa meilleure performance depuis début juillet.

La hausse des bancaires a été particulièrement marquée à Madrid, le reflux des craintes liées au référendum d‘indépendance catalan amplifiant le mouvement général. Sabadell a ainsi bondi de 6,86% et Caixabank de 4,39%.

Plusieurs indicateurs macroéconomiques ont également contribué à la hausse des marchés actions: la hausse de 24% sur un an, plus marquée qu‘attendu et la plus forte depuis quatre ans, des bénéfices du secteur industriel chinois en août, la croissance plus forte que prévu de la masse monétaire M3 en zone euro et l‘augmentation supérieure au consensus des commandes de biens durables aux Etats-Unis.

Au chapitre des fusions-acquisitions, Alstom a pris 4,25% après la présentation de son projet de fusion avec la division ferroviaire de Siemens. Le groupe allemand a quant à lui gagné 1,20% et Bouygues, premier actionnaire d‘Alstom, 2,87%.

Sur le marché pétrolier, le Brent subit des prises de bénéfice après sa hausse rapide des derniers jours et revient sous 58 dollars le baril. Le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI), lui, est stable à un peu moins de 52 dollars après les chiffres hebdomadaires des stocks aux Etats-Unis, qui montrent une baisse inattendue des réserves de brut.

Marc Angrand, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below