22 septembre 2017 / 20:21 / dans 3 mois

Wall Street stable malgré les craintes sur la Corée et la santé

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini sur une note quasiment stable vendredi, alors que le ton monte entre les Etats-Unis et la Corée du Nord et que l‘avancée du projet de loi sur la santé semble incertaine.

Wall Street a fini sur une note quasiment stable vendredi, alors que le ton monte entre les Etats-Unis et la Corée du Nord et que l'avancée du projet de loi sur la santé semble incertaine. L'indice Dow Jones a terminé en baisse de 0,04%. /Photo prise le 22 septembre 2017/REUTERS/Brendan McDermid

L‘indice Dow Jones a terminé en baisse de 9,64 points, soit 0,04%, à 22.349,59. Le S&P-500, plus large, a pris 1,62 point, soit 0,06%, à 2.502,22. Le Nasdaq Composite a avancé de 4,23 points (+0,07%) à 6.426,92 points.

Sur l‘ensemble de la semaine, le Dow Jones a pris 0,36% et le S&P a gagné 0,08% mais le Nasdaq a reculé de 0,33%.

Dans une rare déclaration publique, Kim Jong-un a promis des “contre-mesures radicales” et “historiques” en réponse aux menaces de “destruction totale” brandies par le président américain mardi devant la tribune de l‘Assemblée générale des Nations unies.

Donald Trump n‘a pas tardé à répliquer, promettant que le dirigeant nord-coréen serait “mis à l‘épreuve comme jamais”.

Ce contexte limite l‘appétit des investisseurs pour les actifs risqués et profite aux valeurs refuges comme l‘or, qui s‘est apprécié de 0,3%, autour de 1.295,08 dollars l‘once, après avoir touché ses plus bas niveaux en quatre semaines. De même, les emprunts d‘Etat. Le rendement des Treasuries à 10 ans a reculé de deux points de base, à 2,257%.

“Le marché est d‘humeur à ne pas prendre trop de risques. Le ton monte, tant du côté de l‘administration que de la Corée du Nord, et il serait prématuré de dire qu‘on est près d‘en voir le bout”, souligne Marcelle Daher chez Manulife Asset Management.

Par ailleurs, le groupe d‘assurance maladie a perdu 1,12%, plus net repli du Dow, alors que les Républicains peinent à trouver les voix pour faire passer le dernier projet de loi visant à remplacer la réforme mise en place par Barack Obama.

Le sénateur républicain de l‘Arizona John McCain a annoncé qu‘il s‘opposait au projet de démantèlement du dispositif de santé “Obamacare” porté par sa formation politique, portant un coup qui pourrait lui être fatal.

SPRINT ET T-MOBILE TIRENT LE SECTEUR

Aux valeurs individuelles, Sprint et T-Mobile US ont pris respectivement 6,1% et 1,06%. Les deux opérateurs télécoms sont proches d‘un accord sur les modalités d‘une fusion, a-t-on appris vendredi sources informées de l‘avancement des négociations. Cette information a aussi favorisé Verizon (+1,96%) et AT&T (+0,97%).

A la baisse, Apple a cédé 0,98%, deuxième plus fort baisse du Dow. Le lancement commercial de l‘iPhone 8 n‘a pas suscité le même enthousiasme que pour les versions précédentes, les fans de la marque ayant manifestement reporté leurs intentions d‘achats sur le modèle très haut de gamme, l‘iPhone X, dont la sortie est prévue début novembre.

Sur le marché des changes, le dollar reculait de 0,1% face à un panier de devises de référence, permettant à l‘euro de s‘apprécier un peu, autour de 1,1950 dollar.

La livre reculait de son côté de plus de 0,7% face au dollar, autour de 1,3480, après le discours de la Première ministre britannique, à Florence sur le Brexit, ainsi que la décision de Moody’s d‘abaisser la note de crédit du Royaume-Uni, de Aa1 à Aa2, évoquant la dégradation en perspective des finances publiques et les conditions du Brexit.

Theresa May s‘est efforcée de relancer les négociations sur le Brexit en acceptant le maintien de son pays au sein du marché unique pendant une période de transition après mars 2019 et en offrant quelques concessions sur les modalités du divorce entre le Royaume-Uni et l‘Union européenne.

Les investisseurs sont restés sur leur faim, faute de détails concrets sur la façon dont le Royaume-Uni compte conserver un accès préférentiel au marché unique.

Les cours du pétrole ont terminé en hausse vendredi sur le marché new-yorkais Nymex, a des pics de plusieurs mois, malgré la possibilité que les grands producteurs mondiaux attendent le mois de janvier pour décider de prolonger ou non leur accord de réduction de leur production au-delà du premier trimestre 2018.

Le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a pris 11 cents, soit 0,22%, à 50,66 dollars le baril, et le Brent LCOc1 43 cents (+0,76%) à 56,86 dollars.

Environ 5,26 milliards d‘actions ont changé de mains sur les marchés actions américains, un montant plus faible que les 6,03 milliards échangés en moyenne au cours des 20 dernières séances.

Avec Sruthi Shankar, Patrick Vignal et Juliette Rouillon pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below