19 septembre 2017 / 18:32 / dans 3 mois

Toshiba penche à nouveau vers Western Digital pour ses puces

TOKYO (Reuters) - Toshiba a encore changé d‘avis et penche de nouveau vers le consortium soutenu par Western Digital pour la vente de sa lucrative division de puces mémoires, moins d‘une semaine après avoir annoncé qu‘il privilégiait une autre offre, a-t-on appris de sources informées des discussions.

Toshiba a encore changé d'avis et penche de nouveau vers le consortium soutenu par Western Digital pour la vente de sa lucrative division de puces mémoires, moins d'une semaine après avoir annoncé qu'il privilégiait une autre offre, a-t-on appris de sources informées des discussions. /Photo d'archives/REUTERS/Issei Kato

Western Digital, qui exploite avec Toshiba une usine de mémoires au Japon dans le cadre d‘une coentreprise, a accepté d‘importantes concessions pour garantir au conglomérat japonais qu‘il ne chercherait pas à l‘avenir à prendre le contrôle de cette division, ont dit les sources.

Le groupe californien a ainsi répondu à des inquiétudes en termes de concurrence et a de nouveau fait pencher la balance en sa faveur au détriment de l‘autre consortium emmené par le sud-coréen SK Hynix et le fonds d‘investissement américain Bain Capital, ont-elles ajouté.

Western Digital est notamment allié à des investisseurs nippons adossés à l‘Etat japonais, en particulier INCJ, et au fonds d‘investissement américain KKR.

Ces informations de Reuters ont fait grimper le cours de l‘action Western Digital à Wall Street, où elle prenait 0,71% à 89,81 dollars à 18h08 GMT après être montée jusqu‘à 90,95 dollars.

Le conseil d‘administration de Toshiba doit se réunir mercredi mais on ignore s‘il parviendra à prendre une décision après avoir déjà laissé passer à trois reprises la date-butoir qu‘il s‘était fixée pour désigner le repreneur de sa division de mémoires NAND, numéro deux mondial du secteur, dont il espère tirer au moins 2.000 milliards de yens.

Toshiba avait annoncé mercredi dernier qu‘il accélérait ses discussions avec le consortium de SK Hynix.

Il cherche à vendre son activité de mémoires pour redresser sa situation financière, mise en danger par la faillite de sa filiale nucléaire américaine, Westinghouse.

Western Digital a accepté de renoncer à ses droits de vote dans la division de mémoires tandis que le fonds INCJ prendrait la tête de ce consortium, via un investissement de 300 milliards de yens, ont dit les sources.

Il n‘a pas été possible de joindre Toshiba et SK Hynix dans l‘immédiat. Western Digital et INCJ ont refusé de s‘exprimer sur le sujet. Bain Capital et KKR n‘ont pas répondu aux sollicitations de Reuters.

Kentaro Hamada, Taro Fuse et Makiko Yamazaki à Tokyo, avec Liana B. Baker à San Francisco; Bertrand Boucey pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below