15 septembre 2017 / 12:18 / dans 9 jours

Lufthansa et d'autres ont soumis des offres pour Air Berlin

Lufthansa et plusieurs autres prétendants ont soumis des offres distinctes pour les actifs d'Air Berlin a l'issue de la date butoir fixée vendredi par les administrateurs de la compagnie aérienne allemande. /Photo d'archives/REUTERS/Stefan Wermuth

BERLIN (Reuters) - Lufthansa et plusieurs autres prétendants ont soumis des offres distinctes pour les actifs d‘Air Berlin a l‘issue de la date butoir fixée vendredi par les administrateurs de la compagnie aérienne allemande.

Air Berlin, qui emploie plus de 8.000 personnes, a déposé le bilan le 15 août après la décision de son principal actionnaire, Etihad Airways, de ne plus financer cette compagnie déficitaire depuis des années.

Le gouvernement de coalition de la chancelière allemande Angela Merkel, qui vise un quatrième mandat au terme des élections législatives du 24 septembre, a accordé le mois dernier un prêt de 150 millions d‘euros à Air Berlin pour que la deuxième compagnie allemande puisse continuer d‘assurer ses vols.

“A la date butoir d‘aujourd‘hui à 14h00 (12h00 GMT), nous avons reçu plusieurs propositions que nous devrons maintenant examiner en détail”, a déclaré vendredi à Reuters TV un porte-parole d‘Air Berlin, sans plus de précision.

Selon une source proche des négociations, la date limite de vendredi n‘est toutefois pas gravée dans le marbre et en cas de nouvelles propositions dans les prochains jours, elles seraient également prises en compte.

L‘intérêt de la plupart des acquéreurs potentiels semble surtout porter sur les quelque 140 avions d‘Air Berlin et ses créneaux de décollage et d‘atterrissage et non sur le rachat en intégralité de l‘entreprise.

Lufthansa a fait une offre sur des actifs d‘Air Berlin, s‘est contenté de déclarer un porte-parole de la première compagnie aérienne allemande.

Une source a dit à Reuters que Lufthansa pensait proposer au moins 100 millions d‘euros pour acquérir jusqu‘à 90 avions de sa cible, notamment la flotte de sa filiale autrichienne Niki et les 38 appareils que Lufthansa loue déjà à Air Berlin.

Le britannique easyJet de son côté vise une quarantaine d‘appareils, selon des informations de presse.

La compagnie à bas coût britannique a elle-même annoncé vendredi avoir soumis une offre sur une partie de l‘activité court-courrier d‘Air Berlin et ajouté qu‘au vu des nombreuses incertitudes entourant Air Berlin, il n‘était pas certain qu‘une transaction se fasse.

500 MILLIONS POUR L‘INTÉGRALITÉ D‘AIR BERLIN

L‘ancien champion du monde de Formule Un Niki Lauda a déclaré dans la presse autrichiene qu‘il s‘associerait avec la compagnie aérienne allemande Condor, filiale du voyagiste britannique Thomas Cook, pour une offre commune d‘une centaine de millions d‘euros sur Niki, la compagnie qu‘il avait fondée, et 17 avions d‘Air Berlin.

Sollicité Thomas Cook n‘a pas souhaité s‘exprimer.

Le groupe familial allemand de logistique Zeitfracht se proposerait de racheter la plate-forme de commercialisation de fret d‘Air Berlin, sa division de maintenance et sa filiale régionale LGW, qui exploite 20 avions Bombardier.

Le chinois LinkGlobal Logistics a également exprimé des marques d‘intérêt mais il a demandé à disposer de plus de temps, jusqu‘au 21 septembre, pour formuler une offre.

Hans Rudolf Wöhrl, un investisseur spécialisé dans le secteur de l‘aviation, a proposé de racheter l‘intégralité d‘Air Berlin en plusieurs tranches pour un montant total de 500 millions d‘euros.

Le quotidien allemand Handelsblatt a rapporté jeudi qu‘Utz Claassen, l‘ex-président du directoire de la société allemande de services aux collectivités EnBW, avait levé 100 millions d‘euros pour racheter Air Berlin et avait promis un apport de liquidités supplémentaire de 600 millions d‘euros.

Un comité des créanciers d‘Air Berlin se réunira le 21 septembre pour discuter des différentes propositions et le choix de l‘acquéreur doit se faire le 25 septembre, au lendemain des élections allemandes et quatre jours plus tard qu‘initialement prévu.

Le syndicat allemand Verdi a critiqué la décision des administrateurs de retarder l‘annonce du choix de l‘acquéreur.

“Ce report se fait au détriment des salariés, qui attendent une décision sur leur emploi et leur avenir”, a déclaré Christine Behle, qui représente Verdi au conseil de surveillance d‘Air Berlin.

avec Ilona Wissenbach, Kirsti Knolle et Alistair Smout; Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below