8 septembre 2017 / 14:21 / dans 16 jours

Wall Street ouvre en petite baisse en attendant Irma

La Bourse de New York a ouvert en légère baisse vendredi, la prudence dominant alors que l'ouragan Irma, l'un des plus puissants jamais enregistrés dans l'Atlantique, se rapproche des côtes de la Floride. Quelques minutes après l'ouverture, l'indice Dow Jones perd 0,12. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Thayer

(Reuters) - La Bourse de New York a ouvert en légère baisse vendredi, la prudence dominant alors que l‘ouragan Irma, l‘un des plus puissants jamais enregistrés dans l‘Atlantique, se rapproche des côtes de la Floride.

Quelques minutes après l‘ouverture, l‘indice Dow Jones perd 0,12%, à 21.759,13 points. Le Standard & Poor’s 500, plus large, recule de 0,16% à 2.461,01 points et le Nasdaq Composite cède 0,2% à 6.385,117 points.

L‘ouragan Irma, attendu pendant le week-end sur la Floride, va dévaster une partie du sud-est des Etats-Unis, a averti vendredi le chef de l‘Agence fédérale des situations d‘urgence (FEMA), Brock Long, qui s‘attend notamment à de longues coupures de courant en Floride. et

“Irma va être extrêmement perturbateur car il va toucher une région densément peuplée. Avec deux ouragans majeurs qui frappent sur un seul trimestre, cela va sûrement se faire sentir sur le PIB”, observe Kim Forrest, analyste sur la recherche actions chez Fort Pitt Capital Group.

Aux valeurs, Kroger, première chaîne de supermarchés des Etats-Unis avec 2.800 magasins, chute de 6,4% après avoir annoncé vendredi une baisse de 7,8% de son bénéfice trimestriel, conséquence de la guerre des prix en cours avec ses concurrents, à commencer par Wal-Mart.

De son côté, Equifax décroche de 17,15%. Le fournisseur de cote de crédit aux particuliers a annoncé jeudi que les données personnelles de près de 143 millions de clients américains avaient été exposées à des piratages informatiques entre mi-mai et juillet.

SPÉCULATIONS SUR LA BCE

En Europe, la séance est animée par des spéculations entourant l‘évolution de la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE).

Les responsables de la BCE sont parvenus à un large consensus lors de leur réunion de jeudi pour faire du ralentissement des achats d‘actifs la prochaine étape de leur politique monétaire et ont débattu de quatre options dans cette perspective, ont déclaré à Reuters deux personnes directement au fait des discussions.

Cette perspective porte l‘euro et le secteur bancaire et pèse parallèlement sur le marché obligataire en Europe.

La monnaie unique avance de 0,2% à 1,2045 dollar, après avoir touché un plus haut depuis décembre 2014 à 1,2092 dans la foulée des annonces de la BCE et de son président, Mario Draghi, jeudi. et

L‘indice dollar, qui mesure l‘évolution du dollar face à un panier de devises de référence, perd dans le même temps 0,47%, après être tombé à son plus bas niveau depuis début janvier 2015.

Parallèlement, le rebond des banques favorisé par les informations de Reuters sur la BCE a permis aux Bourses européennes d‘effacer une bonne partie de leurs pertes initiales. À Paris, le CAC 40 cède 0,08% à 5.110,56 points et le Stoxx 600 est pratiquement inchangé (+0,04%).

Sur le marché pétrolier, les cours sont tiraillés vendredi entre les spéculations sur une possible réduction de l‘offre saoudienne le mois prochain et l‘impact sur la demande des arrêts de raffineries dans le golfe du Mexique pour cause d‘ouragans à répétition.

Le Brent gagne ainsi 0,3% à 54,65 dollars le baril alors que le brut léger américain perd 0,35% à 48,91 dollars.

avec Sruthi Shankar, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below