6 septembre 2017 / 08:36 / dans 3 mois

Les Bourses européennes en légère baisse, la prudence est de mise

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en légère baisse mercredi peu après l‘ouverture, la prudence restant de mise face aux tensions géopolitiques liées à la Corée de Nord et les incertitudes sur la politique monétaire à venir des grandes banques centrales.

Les principales Bourses européennes évoluent en légère baisse mercredi peu après l'ouverture, la prudence restant de mise face aux tensions géopolitiques liées à la Corée de Nord et les incertitudes sur la politique monétaire à venir des grandes banques centrales. À Paris, l'indice CAC 40 recule de 0,17% vers 08h10 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,13% et à Londres, le FTSE abandonne 0,36%. /Photo d'archives/REUTERS/Benoit Tessier

À Paris, l‘indice CAC 40 recule de 0,17% à 5.077,85 points vers 08h10 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,13% et à Londres, le FTSE abandonne 0,36%.

L‘indice EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 0,19%, le FTSEurofirst 300 lâche 0,26% et le Stoxx 600 perd 0,27%.

Le repli des places boursières en Europe fait suite à celui enregistré plus tôt en Asie et à Wall Street. La Bourse de Tokyo a terminé en baisse de 0,14% et l‘indice américain S&P-500 a affiché sa plus forte baisse quotidienne depuis environ trois semaines.

Les tensions géopolitiques restent vives après le nouvel essai nucléaire de la Corée du Nord dimanche. Le président sud-coréen, Moon Jae-in, a déclaré mercredi à son homologue russe, Vladimir Poutine, que la situation dans la péninsule coréenne risquait de devenir imprévisible si Pyongyang ne renonçait pas à ses “provocations”.

Ces tensions ont favorisé les actifs refuges comme l‘or, qui évolue toujours à un plus haut de près d‘un an, le yen et le franc suisse.

L‘indice dollar, qui mesure l‘évolution du billet vert face à un panier de devises de référence, est pratiquement stable après avoir baissé mardi à la suite des propos de la gouverneure de la Réserve fédérale (Fed) Lael Brainard qui a jugé que l‘inflation était “bien éloignée” de l‘objectif de 2% de la banque centrale américaine et que cette dernière devait faire preuve de prudence en matière de relèvement des taux.

Ces déclarations renforcent les incertitudes concernant le rythme du resserrement monétaire aux Etats-Unis. Dans ce contexte, la publication à 18h00 GMT du “Livre beige” de la Fed, le rapport économique qui alimentera les débats de la réunion de la banque centrale des 19 et 20 septembre, sera suivie avec attention.

ATTENTISME AVANT LA REUNION DE LA BCE

La prudence est aussi de mise sur les marchés avant la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) qui devrait annoncer jeudi qu‘elle ne touche pas à ses taux mais dont les prévisions d‘inflation sont très attendues.

Le renchérissement de l‘euro, qui s‘est accéléré cet été, rend la tâche de la BCE plus ardue, à la fois dans sa communication et sa volonté d‘entamer une réduction progressive de son programme d‘assouplissement monétaire. La devise unique est en légère hausse mercredi (+0,2%), à plus de 1,19 dollar, affichant un gain de plus de 13% depuis le début de l‘année.

Sur le marché pétrolier, les cours évoluent sans grand changement alors que la demande de brut reste limitée par la fermeture des raffineries sur la côte du Golfe du Mexique aux Etats-Unis après le passage de l‘ouragan Harvey.

Si l‘activité a redémarré sur plusieurs raffineries et pipelines, les analystes estiment qu‘il faudra des semaines avant que l‘activité de l‘industrie pétrolière américaine revienne à la normale.

Aux valeurs, le secteur automobile se distingue encore, tiré par Daimler (+3,04%) qui profite d‘un relèvement de recommandation de Goldman Sachs à l‘achat. A Paris, Renault (+1,94%) signe la plus forte hausse du CAC 40, suivi de Peugeot (+1,29%)

Engie est pratiquement stable (-0,07%) après le placement de titres par l‘Etat, qui a cédé 4,15% du capital du géant de l‘énergie. Cette opération alimente les spéculations sur d‘autres ventes de participations de l‘Etat, qui a annoncé un plan de cessions d‘actifs pour un montant de 10 milliards d‘euros. ADP (-1,58%) pourrait être parmi les premiers concernés.

édité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below