4 septembre 2017 / 15:48 / il y a 3 mois

Le bitcoin recule après l'interdiction des ICOs par Pékin

SHANGHAI/PEKIN (Reuters) - Le bitcoin et l‘ether, deux des principales cryptomonnaies, ont reculé lundi après l‘annonce par les autorités chinoises de l‘interdiction pour des individus comme des organisations de lever des fonds par émissions de jetons digitaux (initial call offerings ou ICOs) dont Pékin a dit qu‘elles étaient illégales.

Le bitcoin et l'ether, deux des principales cryptomonnaies, ont reculé lundi après l'annonce par les autorités chinoises de l'interdiction pour des individus comme des organisations de lever des fonds par émissions de jetons digitaux (initial call offerings ou ICOs) dont Pékin a dit qu'elles étaient illégales. /Photo prise le 23 juin 2017/REUTERS/Benoit Tessier

Le cours du bitcoin, notoirement volatil, a chuté de plus de 8% après cette annonce et abandonne près de 12,5% par rapport à un pic de 4.979,90 dollars atteint en séance ce week-end. Il se négociait à moins de 1.000 dollars au début de cette année.

Les levées de fonds en cryptomonnaies, qui permettent à des start-ups utilisant la technologie blockchain de lever en ligne des millions de dollars très rapidement en émettant des jetons digitaux (“digital tokens”) dans un environnement peu voire non régulé, ont connu un succès croissant mondialement et en Chine en particulier.

Les personnes physiques et les organisations qui ont levé des fonds via des ICOs doivent prendre des mesures pour rembourser les fonds, ont dit dans un communiqué conjoint la Banque populaire de Chine (BPC), les régulateurs bancaires et boursiers chinois et d‘autres organismes gouvernementaux.

Pour Zennon Kapron, directeur de Kapronasia, un cabinet de consultants spécialisé dans les technologies financières, le coup d‘arrêt donné par les autorités aux ICOs vise à leur permettre de mieux comprendre le phénomène et la réglementation pourrait être assouplie à l‘avenir.

“Les régulateurs à travers le monde ont du mal à comprendre ce que sont les ICOs, quels sont les risques qui y sont attachés, comment les contrôler et les réguler”, a-t-il dit.

”A de nombreux égards la Chine n‘est pas différente des Etats-Unis ou de Singapour quand elle dit, OK nous devons faire marche arrière jusqu‘à ce que nous comprenions comme nous pouvons les gérer (...) Je pense que ce ne sera qu‘une mesure temporaire.

Les ICOs se sont multipliées en Chine cette année et l‘agence Chine nouvelle a rapporté en juillet que 65 opérations avaient été réalisées depuis le début 2017 pour un montant cumulé de 2,62 milliards de yuans (330 millions d‘euros) auprès de 105.000 investisseurs.

Kapron a dit que la décision des autorités chinoises ne semblait pas interdire à des investisseurs chinois de participer à des ICOs réalisées hors de Chine.

Sur la plateforme BTCC China, l‘une des principales plates-formes d‘échange de cryptomonnaies en Chine, l‘éther a chuté d‘environ 8%.

John Ruwitch à Shanghai, Elias Glenn et le bureau de Pékin, Marc Joanny pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below