1 septembre 2017 / 10:31 / dans 25 jours

Normaliser inflation et emploi est plus difficile, dit Constancio

Les incertitudes croissantes qui entourent l'évolution de la politique économique des Etats-Unis et des pressions "reflationnistes" mondiales qui restent faibles font qu'il est plus difficile de relancer l'inflation dans la zone euro, a déclaré vendredi Vitor Constancio (photo), vice-président de la Banque centrale européenne (BCE). /Photo prise le 20 juillet 2017/REUTERS/Ralph Orlowski

FRANCFORT (Reuters) - Les incertitudes croissantes qui entourent l‘évolution de la politique économique des Etats-Unis et des pressions “reflationnistes” mondiales qui restent faibles font qu‘il est plus difficile de relancer l‘inflation dans la zone euro, a déclaré vendredi Vitor Constancio, vice-président de la Banque centrale européenne (BCE).

“L‘incertitude croissante entourant la vigueur de la reprise économique mondiale, et celle des Etats-Unis en particulier, rend plus difficile la normalisation de l‘inflation et du chômage dans la zone euro”, a dit Constancio, lors d‘une conférence tenue à Cernobbio, en Italie.

“La forte phase de reflation mondiale qui semblait probable en début d‘année ne s‘est pas concrétisée”, a poursuivi Constancio. “De ce fait, la tâche de normalisation de l‘inflation et du chômage à des niveaux acceptables reste difficile”.

Constancio a toutefois constaté que la reprise économique cyclique de la zone euro devenait de plus en plus ample et vigoureuse, reposant à présent sur des fondations plus solides, et que l‘union monétaire était devenue plus résistante aux chocs.

Ewald Nowotny, le gouverneur de la banque centrale d‘Autriche et siégeant à ce titre au Conseil des gouverneurs de la BCE, a dit lui que l‘institut d‘émission n‘avait guère de possibilités de relever les taux d‘intérêt tant que l‘inflation était aussi basse.

L‘inflation de la zone euro était de 1,5% en août mais on pense qu‘elle restera encore plusieurs années en deçà de l‘objectif de la BCE, qui est d‘un petit peu moins de 2%.

“Tant que nous avons des taux d‘inflation bas (...) je ne vois aucune perspective de taux d‘intérêt plus haut”, a-t-il déclaré à Alpbach, en Autriche.

Nowotny a également dit que la BCE discuterait de la manière d‘effectuer un retrait prudent de son programme de rachat d‘actifs.

“Il ne s‘agit pas de freiner (le programme) brutallement”, a-t-il observé. “Il s‘agit de lancer une normalisation avec précaution; c‘est là le sujet d‘une discussion sensée”.

Quant à la hausse de 13% de l‘euro face au dollar cettre année, Nowotny a dit: “Il ne faut ni extrapoler ni dramatiser cette évolution”.

Balazs Koranyi et Kirsti Knolle, Wilfrid Exbrayat pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below