30 août 2017 / 16:13 / dans un mois

Rebond en Europe avec le repli de l'euro, Wall Street prudente

Les Bourses européennes ont clôturé en hausse, à la faveur du repli de l'euro face au dollar. À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,49% à 5.056,34 points. Le Footsie britannique a progressé de 0,38% et le Dax allemand a gagné 0,47%. /Photo d'archives/REUTERS/Ralph Orlowski

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont clôturé en hausse mercredi, à la faveur du repli de l‘euro face au dollar, le billet vert ayant profité de statistiques américaines meilleures que prévu qui confortent le scénario d‘une poursuite du resserrement graduel de la politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed).

La croissance de l‘économie américaine au deuxième trimestre a été relevée à 3,0% en rythme annualisé, un plus haut depuis plus de deux ans, contre 2,6% en première estimation, ce qui alimente les anticipations sur une réduction prochaine du bilan de la Fed et sur une nouvelle hausse des taux d‘ici la fin de l‘année. []

Autre statistique suivie outre-Atlantique, le secteur privé aux Etats-Unis a créé 237.000 emplois en août, un chiffre nettement supérieur au consensus et au plus haut depuis cinq mois, selon l‘enquête mensuelle du cabinet ADP.

Ces indicateurs ont permis au dollar d‘amplifier son rebond, la devise américaine progressant de 0,5% face à un panier de devises de référence. Parallèlement, l‘euro recule aussi de 0,5% face au billet vert, à 1,1915 dollar, après sa forte poussée qui l‘a amené mardi à un plus haut de deux ans et demi.

Cet affaiblissement relatif de l‘euro a permis aux places boursières européennes de conforter leur rebond, sans parvenir toutefois à effacer complètement le vif mouvement de vente de la veille.

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,49% à 5.056,34 points. Le Footsie britannique a progressé de 0,38% et le Dax allemand a gagné 0,47%. L‘indice EuroStoxx 50 a pris 0,53%, le FTSEurofirst 300 a gagné 0,77% et le Stoxx 600 a avancé de 0,76%.

Le sentiment de marché a été alimenté en outre par de bons indicateurs parus en zone euro, où le sentiment économique a connu une hausse plus prononcée que prévu en août pour atteindre son plus haut niveau depuis plus de dix ans. En Allemagne, l‘inflation a accéléré plus que prévu ce mois-ci tout en restant inférieure à l‘objectif de la Banque centrale européenne.

DISCOURS ATTENDU DE TRUMP SUR LA POLITIQUE FISCALE

A Wall Street, la tendance était plus mitigée en raison du regain des anticipations de resserrement monétaire de la Fed et d‘un nouveau tweet publié par Donald Trump sur la Corée du Nord.

Après une première réaction jugée tempérée, qui avait rassuré le marché, le président américain s‘est fendu d‘un nouveau tweet mercredi en réaction au dernier tir de missile nord-coréen dans lequel il affirme que le dialogue n‘est pas la réponse à apporter à la crise diplomatique entre les deux pays.

Son secrétaire à la Défense, James Mattis, s‘est cependant empressé de tempérer ces propos en assurant que les Etats-Unis ne sont pas arrivés au bout des “solutions diplomatiques”.

La prudence est également de mise à la Bourse de New-York avant le premier discours que doit tenir Donald Trump à 18h30 GMT sur sa politique fiscale, une de ses principales promesses de campagne.

Aux valeurs en Europe, BioMérieux s‘est classé en tête du Stoxx 600 avec un gain de 8,04%, à un plus haut historique, le marché saluant le relèvement des objectifs et une dynamique que le groupe qualifie de “favorable”.

Le compartiment des médias (+1,03%), affecté mardi par l‘avertissement de ProSiebenSat.1, a profité de la confiance affichée par RTL Group (+2,31%).

Sur le marché pétrolier, les cours du brut évoluent en ordre dispersé après l‘annonce d‘une baisse plus forte que prévu des stocks hebdomadaires de brut américain. Le baril de Brent recule sous les 52 dollars tandis que celui du brut léger américain prend 0,3% à 46,58 dollars.

Les investisseurs tentent toujours d‘évaluer l‘impact du passage de la tempête Harvey sur le Texas et la Louisiane qui a provoqué l‘arrêt d‘un quart des capacités de raffinage des Etats-Unis.

Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below