25 août 2017 / 20:16 / dans un mois

Wall Street termine en légère hausse et le dollar baisse

Wall Street a terminé en légère hausse vendredi, et le dollar a perdu du terrain, après que la présidente de la Réserve fédérale Janet Yellen s'est abstenue d'évoquer la politique monétaire dans son intervention à Jackson Hole, tandis que l'admnistration Trump s'efforce de relancer son projet de réforme fiscal. L'indice Dow Jones a gagné 0,14%. /Photo prise le 25 août 2017/REUTERS/Brendan McDermid

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en légère hausse vendredi et le dollar a reculé après le discours de la présidente de la Réserve fédérale qui s‘est abstenue d‘évoquer la politique monétaire dans son intervention à Jackson Hole, tandis que l‘administration Trump s‘efforce de relancer son projet de réforme fiscal.

Les propos du président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, à Jackson Hole, qui n‘a pas exprimé son inquiétude face à la fermeté de l‘euro comme l‘attendaient certains analystes, a aussi soutenu la devise européenne face au dollar.

Un accès de faiblesse des valeurs technologiques a néanmoins freiné la tendance haussière du marché en cours de séance.

L‘indice Dow Jones a gagné 30,27 points, soit 0,14%, à 21.813,67. Le S&P-500, plus large, a pris 4,08 points, soit 0,17%, à 2.443,02. Le Nasdaq Composite a reculé en revanche de 5,68 points (-0,09%) à 6.265,64 points.

Sur l‘ensemble de la semaine, le Dow Jones a pris 0,65%, le S&P-500 0,72% et le Nasdaq 0,79%.

Janet Yellen a déclaré au “symposium” de Jackson Hole, dans le Wyoming, que les réformes mises en oeuvre après la crise financière de 2007-2009 avaient renforcé le système financier sans freiner la croissance économique et que d‘éventuelles modifications de la réglementation devront rester limitées.

“Il y avait un risque que Yellen dise quelque chose. Elle n‘a rien dit et donc les investisseurs peuvent faire ce qu‘ils avaient l‘intention de faire dès le départ, c‘est à dire de prendre des positions pour septembre”, dit Marc Chandler, stratégiste sur les devises chez Brown Brothers Harriman.

L‘absence de référence aux taux d‘intérêt et à la réduction du bilan de la banque centrale dans ce discours très attendu a déçu certains investisseurs qui espéraient qu‘elle profiterait de l‘occasion pour donner aux marchés de nouveaux indices sur l‘évolution à venir de la politique de la Fed.

La déception s‘est traduite par un repli du dollar et des rendements des emprunts d‘Etat américains, le marché jugeant désormais moins probable une hausse de taux d‘ici fin 2017.

Le dollar a touché son plus bas niveau depuis mai 2016 face à un panier de devises de référence et l‘euro a atteint 1,1940 dollar, son plus haut niveau depuis janvier 2015.

Trois quarts d‘heure après la clôture de Wall Street, l‘euro s‘échangeait à 1,1925 dollar, encore en hausse de plus de 1%.

A Jackson Hole également, le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, a déclaré que la politique ultra-accommodante de la BCE était une réussite et que la reprise s‘installait. Il a ajouté qu‘il fallait faire preuve de patience mais qu‘il était convaincu que l‘inflation convergerait vers l‘objectif de la BCE au fur et à mesure que l‘économie du bloc arriverait à fonctionner à pleine capacité.

En présence des responsables de nombreuses banques centrales du monde entier et des économistes, il a également souligné que le commerce mondial était menacé, ce qui représente un risque pour la croissance dans les économies avancées.

Sur le front politique, Gary Cohn, le principal conseiller économique de Donald Trump, a déclaré au Financial Times que le président américain relancerait dès la semaine prochaine son projet de réforme fiscale à l‘occasion d‘un discours qu‘il doit prononcer mercredi dans le Missouri.

“L‘élément le plus important pour les marchés, c‘est qu‘on commence enfin à entendre parler de détails précis sur ce à quoi ressemblera la réforme fiscale”, dit Jamie Cox, associé de Harris Financial Group.

Le pétrole, lui, est resté orienté à la hausse, à environ 47,85 dollars le baril pour le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) et 52,38 dollars pour le Brent, conséquence de la baisse du dollar et des interruptions de production dans le golfe du Mexique à l‘approche de l‘ouragan Harvey qui pourrait arriver en fin de journée ou samedi matin sur les côtes du Texas. Les prix de l‘essence ont augmenté de près de 10% depuis mercredi et évoluent au plus haut depuis avril avec l‘arrêt de plusieurs raffineries de la région.

En ce qui concerne les valeurs, l‘éditeur de logiciels Autodesk a gagné 3,94%, deuxième plus forte hausse du S&P, au lendemain de l‘annonce d‘une perte trimestrielle moins lourde que prévu et du relèvement des prévisions, qui ont conduit plusieurs analystes à relever leurs estimations.

Twitter en revanche a cédé 1,42% à 16,65 dollars après un abaissement de la recommandation de Jefferies.

Sruthi Shankar et Tanya Agrawal, Marc Angrand et Juliette Rouillon pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below