17 août 2017 / 11:38 / il y a 3 mois

Repli des Bourses en Europe avant les "minutes" de la BCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes évoluent en baisse jeudi à mi-séance, alors que les investisseurs attendent à 11h30 GMT le compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE).

Les Bourses européennes évoluent en baisse jeudi à mi-séance, alors que les investisseurs attendent à 11h30 GMT le compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE). À Paris, le CAC 40 perd 0,3% vers 11h04 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,2% et à Londres, le FTSE recule de 0,39%. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach

Les investisseurs digérent toujours par ailleurs les “minutes” de la Réserve fédérale (Fed), publiées mercredi soir, qui ont fait apparaître une inquiétude de plus en plus vive des membres du comité de politique monétaire sur l‘inflation.

À Paris, le CAC 40 perd 0,3% (-15,61 points) à 5.161 points vers 11h04 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,2% et à Londres, le FTSE recule de 0,39%.

L‘indice paneuropéen FTSEurofirst 300 perd 0,23%, l‘EuroStoxx 50 de la zone euro abandonne 0,33% et le Stoxx 600 0,21%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse, entre -0,1% pour le Dow Jones et le S&P-500 et -0,3% pour le Nasdaq.

Lors de sa dernière réunion de politique monétaire fin juillet, la BCE avait décidé, comme attendu, de n‘apporter aucune modification à ses taux directeurs, laissant même la porte ouverte à une augmentation des rachats d‘actifs si la conjoncture se dégradait.

“Nous surveillerons toute indication concernant des craintes parmi le conseil de gouverneurs sur un renchérissement de l‘euro et ses conséquences sur les perspectives d‘inflation, qui pourrait venir compliquer une tentative de sortie du programme d‘assouplissement monétaire”, observent les économistes de Société Générale.

Les données sur l‘inflation en zone euro d‘Eurostat sont ressorties sans surprise pour le mois de juillet. L‘institut de la statistique de l‘Union européenne a confirmé jeudi sa première estimation d‘une inflation annuelle de 1,3% mais l‘inflation “core”, indicateur suivi de près par la Banque centrale européenne (BCE), a augmenté à 1,3%.

Aux Etats-Unis, les responsables de la Réserve fédérale se sont montrés de plus en plus préoccupés par la récente faiblesse de l‘inflation et certains ont appelé à interrompre la hausse des taux tant qu‘il n‘y aura pas eu de signes clairs que cette tendance est passagère, selon les “minutes” de la Fed publiées mercredi.

La perspective d‘un retrait progressif plus lent que prévu de la politique accommodante de la Fed a temporairement entrainé une baisse d‘environ deux points de base du rendement du Bund allemand à 10 ans; même chose pour l‘indice dollar qui est descendu sous les 93,4 avant de reprendre des couleurs (+0,4%) face à un panier de devises de référence. L‘euro perd près de 0,67%, sous le seuil de 1,17 dollar.

La monnaie américaine a été également ébranlée par de nouvelles difficultés politiques pour Donald Trump qui a soulevé un nouveau tollé en s‘exprimant sur les violences à Charlottesville et en renvoyant dos à dos extrémistes de droite et contre-manifestants.

Le président américain a également dissout deux commissions mises en place pour le conseiller alors que plusieurs chefs d‘entreprise qui y siégeaient avaient donné leur démission.

Cette position ébranle son administration et alimente les rumeurs sur de possibles départs de responsables de la Maison blanche, au premier rang desquels son conseiller économique Gary Cohn.

La dissolution de ces commissions “rend les investisseurs encore plus pessimistes car cela ouvre la voie à un échec encore plus important pour Trump”, observe Naeem Aslam, analyste marchés chez ThinkMarkets.

Sur la plan sectoriel européen, le compartiment des banques(-0,83%) est particulièrement lésé par la perspective d‘une action moins forte de la Réserve fédérale américaine sur ses taux, contrairement au secteur des utilities (+0,38%) qui profite de la baisse des rendements obligataires.

A Paris, Société générale signe la plus forte baisse du CAC 40, (-1,13%). Crédit agricole recule de 0,94% et BNP Paribas de 0,92%.

Le britannique Kingfisher chute de 5,2% après avoir annoncé une nouvelle baisse de ses ventes trimestrielles, imputable notamment à un marché faible en France.

La plus forte hausse de l‘indice CAC Small & Mid revient au laboratoire d‘ophtalmologie Nicox (+19,07%), porté par des annonces jugées encourageantes de Valeant, son partenaire dans le développement du candidat-médicament Vyzulta, concernant l‘usine de fabrication à Tampa, en Floride.

Laetitia Volga, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below