17 août 2017 / 06:37 / dans un mois

Kingfisher: B&Q et la France ont pesé sur les ventes du 2e trimestre

Kingfisher a annoncé jeudi une nouvelle baisse de ses ventes trimestrielles, imputable à un marché faible en France, à un ralentissement d'activité de la filiale B&Q au Royaume-Uni et à un plan de restructuration perturbé. /Photo d'archives/REUTERS/Alessia Pierdomenico

LONDRES (Reuters) - Kingfisher a annoncé jeudi une nouvelle baisse de ses ventes trimestrielles, imputable à un marché faible en France, à un ralentissement d‘activité de la filiale B&Q au Royaume-Uni et à un plan de restructuration perturbé.

Le leader européen du bricolage, propriétaire des enseignes B&Q et Screwfix en Grande-Bretagne et Castorama et Brico Dépôt en France et ailleurs, a précisé qu‘il restait prudent pour ses perspectives du second semestre.

Kingfisher est dans la deuxième année d‘un plan de 800 millions de livres (680,13 millions d‘euros) visant à accroître le bénéfice de 500 millions de livres par an dès 2021. Cela passe par l‘unification des gammes de produits, l‘amélioration des capacités dans le commerce électronique et une meilleure efficacité opérationnelle.

Les ventes à périmètre comparable ont baissé de 1,9% au deuxième trimestre clos le 31 juillet, à 3,1 milliards de livres, après un recul de 0,6% le trimestre précédent.

Les ventes à périmètre comparable au Royaume-Uni et en Irlande se sont tassées de 0,1% et de 3,8% en France.

Au Royaume-Uni, les ventes à magasins comparables de B&Q ont diminué de 4,7%, alors que les analystes ne prévoyaient en moyenne qu‘un repli d‘environ 3%. Cette baisse est liée à un recul de 10,7% des ventes de produits saisonniers comme les barbecues et le mobilier de jardin, après un solide premier trimestre soutenu par une météo favorable. Les ventes à magasins comparables de Screwfix ont, elles, en revanche augmenté de 10,8%.

“Conscient que cette année serait difficile en raison de l‘intensification de la transformation de l‘activité, nous avons déjà mis en oeuvre des projets internes pour soutenir notre performance globale pour la deuxième année”, a déclaré la directrice générale Véronique Laury.

Kingfisher se dit à l‘aise avec la prévision moyenne des analystes d‘un bénéfice ajusté par action de 26 pence pour l‘ensemble de son exercice annuel 2017-2018 contre 25,9 pence sur l‘exercice 2016-2017.

L‘action, en baisse de 12% cette année, a perdu jusqu‘à 6% jeudi. Elle perdait encore 4,6% cers 10h00 GMT, troisième plus forte baisse de l‘indice FTSEurofirst 300.

“Même si la valorisation n‘est pas exigeante, le risque à court terme d‘un nouveau déclassement reste élevé au vue de l‘ampleur et de la complexité de la transformation”, note Kate Calvert, analyste d‘Investec, qui recommande de vendre.

Homebase, filiale de Bunnings, elle-même une filiale de Wesfarmers, est le principal concurrent de Kingfisher en Grande-Bretagne.

Homebase a subi une perte de 54 millions de livres sur l‘exercice annuel clos le 30 juin et une baisse de 4,3% de ses ventes à périmètre comparable au quatrième trimestre. Homebase a dit que cette médiocre performance continuerait à court terme en raison de la restructuration lancée par Bunnings.

Wilfrid Exbrayat et Claude Chendjou pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below