27 octobre 2016 / 16:11 / il y a 10 mois

Les Bourses européennes clôturent en ordre dispersé

Les Bourses européennes ont terminé jeudi en ordre dispersé mais sans grand changement. Le CAC 40 a perdu 0,02%, le Dax a pris 0,07% et le FTSE a gagné 0,4%. /Photo d'archives/Lisi Niesner

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé jeudi en ordre dispersé mais sans grand changement dans des marchés dirigés surtout par une avalanche de résultats de poids lourds de la cote, certains bons et d'autres moins.

Le secteur bancaire a limité les pertes du marché, soutenu par de bonnes surprises sur le plan des résultats, dont un bénéfice inattendu pour Deutsche Bank. Dans les autres secteurs, les performances sont mitigées.

A Paris, l'indice CAC 40 a perdu 0,02% (1,02 point) à 4.533,57. À Francfort, le Dax a pris 0,07%.

A Londres, le FTSE a gagné 0,4%, soutenu notamment par un gain de 4,8% pour Barclays après la publication d'un bénéfice trimestriel en hausse nettement plus marquée qu'attendu, la banque britannique ayant profité du dynamisme de ses activités de banque d'investissement.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a pris 0,03% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro 0,14%. L'indice large Stoxx 600 a abandonné 0,01%.

Wall Street évolue en légère baisse à l'heure de la clôture en Europe dans une actualité également marquée par une pluie de résultats d'entreprises.

En Europe, l'indice des valeurs bancaires a progressé de 1,2% grâce à Barclays mais aussi Deutsche Bank (+0,6%) et Société générale (+1,6%).

A la baisse, Nokia, a perdu 7,6%, plus net recul de l'EuroStoxx 50. Son action cotée à Paris a cédé 7,5%, la plus forte baisse du CAC 40. L'équipementier de réseaux a publié des résultats en forte baisse et averti que la demande devrait rester faible en 2017.

ABB a souffert également avec une perte de 6,6% à la suite d'une baisse de ses commandes pour le sixième trimestre d'affilée, un mouvement qui ne devrait pas s'inverser dans un proche avenir selon le groupe.

A Paris, Schneider a perdu 3% après avoir fait état d'une baisse de 8%, plus forte que prévu, de son chiffre d'affaires et présenté un nouveau plan stratégique visant à accélérer sa mutation numérique et à se focaliser sur les systèmes connectés destinés au secteur de l'énergie.

Au contraire Technip a pris 2,2%, la plus forte hausse du CAC, après avoir relevé les objectifs financiers de sa division sous-marine (Subsea) et publié des résultats trimestriels supérieurs aux attentes.

Toujours à Paris, STMicroelectronics s'est adjugé plus de 10% après avoir annoncé qu'il tablait sur une amélioration de sa rentabilité sur l'ensemble de l'année.

Sur le front du pétrole, le Brent prend autour de 1,3%, repassant la barre de 50 dollars le baril après l'annonce par Reuters d'une proposition de l'Arabie saoudite et de ses alliés du Golfe au sein de l'Opep de réduire leur production de 4% pour soutenir les cours.

Du côté de la politique monétaire, Ewald Nowotny, membre du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), a déclaré que l'institution de Francfort se prononcerait en décembre sur le mécanisme de prolongement de son programme d'assouplissement quantitatif (quantitative easing, QE).

La banque centrale achète actuellement pour 80 milliards d'euros de titres par mois afin de soutenir le crédit et la croissance dans la zone euro. Ce programme de rachat d'actifs est censé durer jusqu'en mars 2017 mais les marchés s'attendent à sa reconduite.

Patrick Vignal pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below