26 octobre 2016 / 06:17 / il y a un an

PSA et Renault surperforment après leurs ventes trimestrielles

PARIS (Reuters) - PSA et Renault surperforment tous deux le secteur automobile européen mercredi en Bourse après leurs chiffres d‘affaires du troisième trimestre, mais l‘avantage va au second qui a mieux tiré son épingle du jeu en Europe et trouvé plus vite de nouveaux relais de croissance à l‘international.

PSA et Renault surperforment tous deux le secteur automobile européen mercredi en Bourse après leurs chiffres d'affaires du troisième trimestre, mais l'avantage va au second qui a mieux tiré son épingle du jeu en Europe et trouvé plus vite de nouveaux relais de croissance à l'international. /Photo d'archives/REUTERS/Benoit Tessier

PSA attend un rebond de ses ventes au début 2017 après une baisse de 5,1% de son chiffre d‘affaires au cours des trois mois écoulés, l‘amélioration du positionnement prix du groupe ne suffisant pas à compenser une baisse des volumes sur ses principaux marchés et des effets de change négatifs.

Le constructeur, dont les ventes unitaires ont baissé en Europe (-4,3%) et en Chine et Asie (-16,5%), ses deux principaux marchés, a réalisé un chiffre d‘affaires de 11,4 milliards d‘euros. Le consensus réalisé par Inquiry Financial pour Reuters donnait 11,51 milliards d‘euros.

Renault, dont les ventes ont été nettement mieux orientées en Europe, a fait état mardi soir d‘un chiffre d‘affaires trimestriel de 10,55 milliards d‘euros, en hausse de 13%.

A 11h30, l‘action PSA gagne 0,26% et Renault prend 1,23%. Tous deux font mieux que l‘indice des valeurs automobiles européennes, qui cède 0,73%.

“Les leviers du plan Back in the Race, en particulier le pricing power et la réduction de coûts, nous permettent d‘être confiants dans l‘atteinte des objectifs du plan Push to Pass, malgré un contexte externe plus difficile, notamment sur les changes”, a déclaré le directeur financier de PSA Jean-Baptiste de Chatillon, cité dans un communiqué.

Au cours d‘une téléconférence avec les analystes, il a souligné que deux grands moteurs de croissance du groupe - la nouvelle Citroën C3 et le nouveau Peugeot 3008 - n‘auraient un plein impact mondial sur les ventes qu‘à compter de 2017.

“Le quatrième trimestre sera meilleur que ce que nous avons connu au troisième trimestre mais la croissance sera clairement visible à compter de 2017”, a-t-il dit.

NOUVEAUX MODÈLES, NOUVEAUX MARCHÉS

Dans un secteur économique animé par l‘offre, le renouvellement des modèles joue plus que jamais un rôle déterminant pour les constructeurs automobiles.

Renault touche en ce moment les fruits de la refonte complète de sa gamme, même si cette politique ambitieuse conduit les analystes à s‘interroger sur sa capacité à tenir cette année son objectif de réduction de coûts.

“Nous avons l‘impression que l‘objectif de 350 millions d‘euros est devenu difficile, et nous révisons nos estimations à 250 millions”, commente dans une note Alexis Albert, analyste automobile chez Barclays.

Le groupe voit également ses dépenses de R&D augmenter avec le durcissement des normes sur le diesel et la recherche de nouvelles alternatives en matière de motorisations.

“Nous avons des dépenses de R&D plus élevées que prévu initialement (...) dues aux investissements que nous faisons pour le futur”, a déclaré mardi soir la directrice financière de Renault Clotilde Delbos, au cours d‘une téléconférence avec les analystes.

Reconnaissant qu‘il s‘agissait d‘un “challenge” en termes de monozukuri - les réductions de coûts -, elle a ajouté que le groupe disposait d‘autres leviers pour compenser ces effets.

PSA, quant à lui, se trouve maintenant confronté au trou d‘air traditionnel qui précède l‘arrivée d‘une nouvelle gamme. Avec un impact d‘autant plus fort que le groupe a fortement réduit le nombre de véhicules dans son catalogue pour se concentrer sur les modèles les plus mondiaux et les plus rentables.

Les deux constructeurs sont par ailleurs à la recherche de nouveaux relais de croissance pour compenser les difficultés apparues dans plusieurs marchés sur lesquels ils ont beaucoup misé.

Côté Renault, le décollage des ventes de l‘ultra low cost Kwid en Inde a fait oublier le marasme brésilien ou russe et permis au groupe d‘afficher un bond de 16% de ses ventes mondiales en volume.

Chez PSA, l‘Iran et l‘Amérique latine ont compensé l‘Europe et la Chine, produisant au total une croissance de 10,6% des ventes en volume au troisième trimestre.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below