19 avril 2016 / 05:41 / il y a un an

Rémy Cointreau fait bien mieux que prévu au 4e trimestre

Les ventes de Rémy Cointreau ont progressé de 8,9% au dernier trimestre de l'exercice clos le 31 mars, à 251,5 millions d'euros, grâce aux performances de son cognac aux Etats-Unis et à une amélioration en Chine. /Photo d'archives/Mike Segar

PARIS (Reuters) - Rémy Cointreau a fait largement mieux qu'attendu au quatrième trimestre de son exercice décalé, porté par une forte accélération de ses ventes de cognac aux Etats-Unis et par une meilleure dynamique en Chine.

Les ventes du propriétaire du cognac Rémy Martin, de la liqueur Cointreau et du rhum Mount Gay ont progressé de 8,9% au dernier trimestre de l'exercice clos le 31 mars, à 251,5 millions d'euros.

Surtout, à taux de change et périmètre constants, la croissance organique a atteint 9,8%, un chiffre nettement supérieur aux 5,2% attendus par les analystes.

La croissance organique de Rémy Martin, principal centre de profits du groupe, s'est très nettement accélérée pour atteindre 12,3% (après +6,4% au trimestre précédent) grâce à une très solide dynamique aux Etats-Unis, devenus son premier marché.

La marque profite outre-Atlantique de l'engouement des consommateurs américains pour les alcools bruns, très prisés dans les cocktails, et du succès de son cognac 1738, une variété intermédiaire entre le "VSOP" et le "XO" vendue environ 60 dollars. D'abord destiné au marché nord-américain, 1738 a été récemment lancé en Europe.

Plombés en Chine, les grands noms du cognac redoublent d'efforts pour gagner des parts de marché aux Etats-Unis, premier marché mondial du cognac, en volume.

Rémy Martin arrive en deuxième position sur ce marché derrière Hennessy (LVMH.PA) et devant Martell (Pernod Ricard), Courvoisier et Salignac, détenus par le japonais Beam Suntory.

Hennessy, qui a lui aussi profité de la solidité du marché nord-américain, a vu ses ventes progresser de 7% au cours de la même période, tandis que les chiffres de Pernod Ricard seront publiés le 21 avril.

En Chine, Rémy Martin a fait état d'une "meilleure dynamique". Après trois ans de tourmente, les tendances s'améliorent, grâce surtout au "Club", un cognac intermédiaire, comme le 1738, vendu autour de 80 euros et qui vise à prendre le relais des catégories les plus chères (XO et Louis XIII) laminées par les mesures anti-corruption.

Le groupe évoque "une nette amélioration des ventes des grossistes aux détaillants" et des tendances "saines" pour le nouvel an chinois.

Rémy Cointreau indique aussi avoir récolté les fruits de ses initiatives marketing et de la campagne publicitaire mondiale de Louis XIII, son cognac ultra haut de gamme vendu plus de 2.000 euros la bouteille.

Le pôle liqueurs et spiritueux a lui aussi accéléré le pas, avec une croissance organique de 6,9% (après +4%).

Fort de ces chiffres, le groupe boucle son exercice sur des ventes stables (+0,3%) à changes constants et confirme son objectif de hausse du résultat opérationnel courant 2015-2016.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below