8 avril 2016 / 10:42 / il y a un an

Les Bourses européennes confirment leur hausse à la mi-séance

Les Bourses européennes confirment leur hausse vendredi à la mi-séance pour la dernière journée d'une semaine qui devrait néanmoins se conclure par un quatrième repli hebdomadaire consécutif en raison des inquiétudes persistantes sur l'économie mondiale. À Paris, le CAC 40 gagne 0,82% à 4.280,68 points vers 10h25 GMT. /Photo prise le 2 mars 2016/REUTERS/Christian Hartmann

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes confirment leur hausse vendredi à la mi-séance pour la dernière journée d‘une semaine qui devrait néanmoins se conclure par un quatrième repli hebdomadaire consécutif en raison des inquiétudes persistantes sur l‘économie mondiale.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,82% (34,77 points) à 4.280,68 points vers 10h25 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,90% et à Londres, le FTSE avance de 0,66%. L‘indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en hausse de 0,79% et l‘EuroStoxx 50 de la zone euro de 1,06%.

La tendance est identique à Wall Street, où les futures sur indices new-yorkais promettent une progression de plus de 0,5% à l‘ouverture.

Les valeurs bancaires sont en tête des hausses sectorielles en Europe, avec un gain de 1,98%. Une fois n‘est pas coutume, les établissements italiens tiennent le haut de l‘affiche et signent les plus fortes progressions de l‘indice européen Stoxx 600, avec notamment des gains de 7,58% et de 5,64% respectivement pour UniCredit et Intesa Sanpaolo.

Le plan du gouvernement de Matteo Renzi de créer un fonds de soutien aux banques devrait être prêt d‘ici lundi, a-t-on appris jeudi de deux sources informées de ce projet.

Les valeurs de l‘énergie (+1,57%) profitent pour leur part de la hausse des cours du pétrole, le Brent de la mer du Nord repassant franchement au-dessus de 40 dollars le baril en raison d‘un regain d‘espoir sur la croissance économique aux Etats-Unis comme en Allemagne.

Janet Yellen, la présidente de la Réserve fédérale américaine, a déclaré que la première économie mondiale était sur une trajectoire solide, qu‘elle se rapprochait du plein d‘emploi et que des progrès étaient réalisés en matière de redressement de l‘inflation.

L‘agence Moody’s a dit pour sa part prévoir une légère accélération de la croissance cette année en Allemagne, à 1,8%, en raison de la vigueur de sa demande intérieure. Les exportations allemandes ont en outre enregistré en février un rebond plus prononcé que prévu.

La Banque de France a pour sa part relevé à 0,4%, contre 0,3% auparavant, sa prévision de croissance de l‘économie française au premier trimestre.

Tous ces facteurs réveillent un peu l‘appétit pour le risque et pénalisent les valeurs refuge comme le yen, l‘or ou les Bunds allemands.

Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below