30 mars 2016 / 16:32 / il y a un an

Nette progression des marchés à la clôture en Europe

LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en nette progression mercredi, tandis que le dollar prolongeait son repli, en réaction à l'appel à la prudence de la présidente de la Réserve fédérale en matière de hausse des taux.

Janet Yellen, qui s'exprimait publiquement pour la première fois depuis la dernière réunion de la Fed début mars, a déclaré mardi que les risques pesant sur l'économie mondiale ne devraient pas avoir d'impact profond sur l'économie américaine, mais qu'il restait approprié de procéder "prudemment" vers la normalisation de sa politique monétaire.

À Paris, l'indice CAC 40 a terminé en hausse de 1,78% (77,75 points) à 4.444,42 points. Le Footsie britannique a gagné 1,59% et le Dax allemand 1,6%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 s'est adjugé 1,31% et le FTSEurofirst 300 1,29%.

Les indices des valeurs minières (+4,6%) et de l'énergie (+2;87%) sont arrivés en tête des hausses sectorielles, dans le sillage des cours des métaux et du pétrole, eux-mêmes dopés par l'accès de faiblesse du dollar. Le baril de pétrole gagnait environ 1% à la clôture.

Le secteur automobile (+2,43%), tourné vers l'exportation, a lui aussi profité de la faiblesse du dollar, alors que les banques (+0,5%) et les assurances (+0,64%), plus sensibles aux taux, ont fini en queue de peloton.

Ailleurs, le distributeur allemand Metro a bondi de 11,52% après avoir annoncé un projet de scission qui verrait ses activités dans l'alimentaire regroupées au sein d'une entité cotée séparément, l'électronique grand public restant dans le périmètre actuel du groupe.

Cette annonce a dopé l'indice européen de la distribution, qui a pris 1,75%.

De même, ThyssenKrupp a grimpé de 8,27% après l'annonce du désengagement de l'indien Tata Steel du marché britannique, qui relance les spéculations de rapprochement entre les deux groupes.

Le dollar a touché son plus bas niveau en près de sept semaines face à l'euro, et un creux de 12 jours face à un panier de devises de référence grâce à l'apaisement des craintes d'une hausse de taux en avril.

Lewis Krauskopf, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below