18 mars 2016 / 20:13 / dans 2 ans

Wall Street termine en hausse, le S&P dans le vert sur 2016

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini en progression vendredi, propulsant l‘indice S&P 500 en territoire positif depuis le début de l‘année, soutenue par les secteurs financiers et de la santé.

LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

Les grands indices américains affichent leur cinquième semaine de hausse d‘affilée, soutenus par la nouvelle envolée du pétrole et les propos rassurants prononcés mercredi par la Réserve fédérale sur les taux d‘intérêt et l‘évolution de l‘économie à l‘issue de sa réunion de politique monétaire.

L‘indice Dow Jones a pris 120,81 points, soit 0,69%, à 17.602,30 points. Le S&P-500, plus large, a gagné 8,97 points, soit 0,44%, à 2.049,56 points. Le Nasdaq Composite a progressé de son côté de 20,66 points (+0,43%) à 4.795,65 points.

Sur l‘ensemble de la semaine, le Dow a pris 1,8%, le S&P 1,3% et le Nasdaq 1%.

La volatilité est brutalement retombée cette semaine, surtout après la réunion de la Fed. L‘indice de volatilité, aussi appelé “l‘indice de la peur”, a perdu 2,9% à 14,02, à son plus bas niveau de clôture depuis le 18 août.

Les volumes ont été légèrement plus importants que d‘habitude en ce jour dit des “quatre sorcières”, d‘arrivée à échéance des options et contrats futures sur indices et actions.

“De toute évidence, le marché continue à réagir à la Fed”, dit Philip Blancato, de Ladenberg Thalmann Asset Management.

La Fed a maintenu mercredi ses taux inchangés, comme attendu, mais a laissé entendre que la croissance économique modérée et le dynamisme du marché du travail aux Etats-Unis pourraient lui permettre de reprendre le resserrement de sa politique monétaire dans le courant de l‘année.

Le pétrole retombe un peu après avoir atteint ses plus hauts de l‘année à plus de 42 dollars le baril pour le Brent, porté par la forte demande saisonnière, la baisse du dollar et le discours accommodant de la Fed, ainsi que par l‘espoir d‘un accord de gel de la production entre les principaux producteurs.

Sur le plan de la conjoncture, le moral des ménages américains s‘est légèrement dégradé en mars, à son plus bas niveau depuis octobre, selon les premiers résultats de l‘enquête mensuelle de l‘université du Michigan.

Six des 10 grands indices sectoriels du S&P ont fini en hausse, avec en tête le secteur de la santé qui a pris 1,32% et le secteur financier, en hausse de 1,01%.

UnitedHealth notamment a gagné 1,76% et Bank of America et JPMorgan ont toutes deux pris plus de 1,9% après avoir annoncé des programmes de rachat d‘actions.

Sur le terrain des fusions et acquisitions, Starwood Hotels & Resorts Worldwide a gagné 5,47% à 80,57 dollars après avoir annoncé un accord sur son rachat par un consortium emmené par le chinois Anbang pour 78 dollars par action, signant ainsi l‘abandon de son projet de fusion avec Marriott. Marriott a progressé de 1,89% à 73,16 dollars.

Après la publication de résultats trimestriels meilleurs qu‘attendu, l‘éditeur de logiciels Adobe a grimpé de son côté de 3,85%.

Chuck Mikolajczak, Juliette Rouillon pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below