2 février 2016 / 07:34 / il y a 2 ans

UBS bat le consensus mais la gestion de fortune souffre

ZURICH (Reuters) - UBS a fait état mardi de sorties de capitaux de ses activités de gestion de fortune, sa principale division, un revers inattendu venu gâcher ses meilleurs résultats annuels depuis 2010, assortis d‘un dividende supérieur aux estimations.

Le directeur général d'UBS, Sergio Ermotti. La banque suisse a publié un bénéfice net 2015 en hausse de 79%, sa meilleure performance depuis 2010, et proposé au titre de cet exercice un dividende un peu plus élevé qu'attendu de 85 centimes, en comprenant un dividende spécial de 26 centimes. /Photo prise le 2 février 2016/REUTERS/Arnd Wiegmann

L‘action de la banque suisse chutait de 7,13% à 15,49 francs à 9h10 GMT, se rapprochant du plus bas d‘un an touché en février 2015 à 15,21 francs.

L‘activité de gestion de fortune hors Amériques a subi un reflux d‘argent frais de 3,4 milliards de francs sur les trois derniers mois de l‘année, l‘afflux enregistré en Asie et en Suisse ne suffisant pas à compenser les retraits en Europe et dans les pays émergents.

La marge de la division a reculé à 96 points de base, trois points de moins qu‘au troisième trimestre.

Le trimestre octobre-décembre se solde par un résultat net de 949 millions de francs, dépassant nettement le consensus, mais il inclut des gains exceptionnels.

UBS a proposé au titre de l‘exercice 2015 un dividende un peu plus élevé qu‘attendu de 85 centimes, en comprenant un dividende spécial de 25 centimes.

Le résultat de la première banque suisse a atteint 6,20 milliards de francs suisses (5,58 milliards d‘euros) sur ces 12 mois, alors que les analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un bénéfice de 5,75 milliards.

UBS publie un bénéfice net 2015 en hausse de 79%, sa meilleure performance depuis 2010, et propose au titre de cet exercice un dividende un peu plus élevé qu'attendu de 85 centimes, en comprenant un dividende spécial de 26 centimes. /Photo d'archives/REUTERS/Alvin Baez

LE 4E TRIMESTRE DOPÉ PAR DES EXCEPTIONNELS

Sur le seul quatrième trimestre, le bénéfice ressort à 949 milliards de francs, en hausse de 11% et nettement supérieur au consensus.

UBS a dit avoir constaté chez ses clients un faible niveau d‘activité et une aversion au risque au quatrième trimestre, mais le résultat de la période a bénéficié d‘un gain fiscal de 715 millions de francs. En contrepartie, la banque a constitué une provision de 365 millions de francs pour des litiges et affaires réglementaires.

“Les performances de marché négatives et la forte volatilité depuis le début de 2016, les faibles taux d’intérêt, de même que la vigueur relative du franc suisse, notamment face à l’euro, continuent à créer des turbulences”, souligne-t-elle dans son communiqué.

Elle ajoute que le durcissement de la réglementation prudentielle devrait continuer de se traduire par des coûts récurrents.

“UBS continuera à mettre en œuvre les mesures annoncées pour atténuer ces effets, tout en poursuivant ses efforts pour atteindre ses objectifs financiers”, conclut-elle simplement.

Le directeur général, Sergio Ermotti, a ensuite expliqué qu‘il était trop tôt pour faire des prévisions chiffrées.

En Bourse, le titre UBS se traite à environ 11 fois le bénéfice par action attendu, soit avec une légère prime par rapport à celui de Credit Suisse mais avec une décote par rapport à Julius Baer, selon StarMine.

Michael Shields; Véronique Tison et Marc Angrand pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below